L'armée israélienne veut être moins sévère avec les soldats consommateurs de drogue

L'armée israélienne veut être moins sévère avec les soldats consommateurs de drogue
Soldats israéliens célébrant la fête juive de Sim'hat Torah, photo ©Amir Cohen/Reuters

Tsahal a décidé d'assouplir ses règles concernant les soldats amateurs de haschisch. Mais seulement si c'est pendant leurs permissions. Jusqu'à présent, les soldats pris en train de fumer un joint étaient passibles de la cour martiale.

Les appelés de l'armée israélienne amateurs de haschich seront moins sévèrement punis. Selon le général israélien Danny Efroni, en charge de la réforme du code pénal militaire, l'intention est d'«offrir aux soldats une chance de poursuivre leur service normalement, plutôt que d'être emprisonné et plombés par un casier judiciaire» de retour dans la vie civile.

Le dispositif ne concernera donc pas les soldats de métier, mais seulement les appelés. Les fautifs devront toutefois se soumettre à un test d'urine une fois par mois et observer une période de mise à l'épreuve d'un an.

Le Bureau du procureur militaire indique que selon ses statistiques, les règles strictes n'ont pas été efficaces jusque-là, estimant que le budget consacré à enquêter sur les affaires de drogues au sein de l'armée, 40 à 50 % du budget de la police militaire, serait plus efficace employé à la réhabilitation des soldats drogués. Le dispositif doit entrer en vigueur le 1er janvier 2017.

Lire aussi : Un manuel d'éthique bientôt distribué par l'armée israélienne à ses soldats en Cisjordanie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.