Autriche : un syndicat pointé du doigt pour avoir suggéré de priver les musulmans de prime de Noël

Autriche : un syndicat pointé du doigt pour avoir suggéré de priver les musulmans de prime de Noël© Mohamed Abd El Ghany Source: Reuters
Le sondage sur les primes de Noël pour les musulmans a suscité la critique en ligne

Un syndicat proche du Parti de la Liberté d’Autriche (FPO), parti nationaliste, a supprimé un sondage en ligne demandant si les ouvriers musulmans devaient être privés de prime de Noël, après avoir essuyé de lourdes critiques.

Le sondage publié le 24 novembre sur le site officiel du syndicat Ouvriers libres de la Haute-Autriche (FAO) proposait à environ 1 400 abonnés de répondre à la question : «Est-ce que accepter la prime de Noël est contradictoire pour les musulmans ?», en choisissant entre deux réponses possibles. La première suggérait que les primes devaient être accordées à tous les employés indépendamment de leurs croyances religieuses, l’autre indiquait que s’ils [les employés musulmans] étaient «contre toutes les traditions de Noël», ils devaient aussi être «contre la prime de Noël».

«Nous allons bientôt recevoir la prime de Noël. Ainsi que les musulmans qui négligent la fête de Noël et ses traditions. Qu’en pensez-vous ?», indiquait la légende de l’image accompagnant le sondage.

600 personnes ont eu le temps de prendre part au sondage avant qu’il ne soit retiré du site le 27 novembre. Seulement cinq personnes se sont prononcées pour l’option «argent pour tous», alors que la majorité a préféré celle appelant les musulmans à ne pas accepter la prime, selon le site d’informations Nachrichten.at.

Depuis sa publication, le sondage s’est attiré les critiques en ligne, nombreux étaient ceux qui soulignaient que la prime de Noël, également appelée 13e mois de salaire, était couverte par une convention collective et ne dépendait donc pas de la religion.

«Le 13e mois de salaire fait partie des gratifications d’Etat obligatoires et n’ont rien à avoir avec Noël», a tweeté la journaliste autrichienne Anneliese Rohrer.

Certains commentateurs sont allés plus loin en accusant les auteurs du sondage et du parti politique soutenant le syndicat de vues racistes et de mépris envers la contribution des employés musulmans à la société.

«Le FPO montre qu'il n'agit pas en faveur des employés d'Autriche, mais préfère attirer les votes avec leurs vues complaisantes envers le racisme», indique le post du mouvement de justice sociale autrichienne Aufbruch.

«Le débat "pas d’argent pour les musulmans" montre qu’ils n’apprécient pas le travail des musulmans en dépit de la qualité de leur travail», a tweeté un internaute nommé Freizeitrobinho.

Après les critiques, le président du syndicat, Gerhard Knoll, s’est justifié en prétendant que le syndicat ne voulait qu’«engager la discussion». Selon lui, la formulation du sondage avait pour but de «montre le deux poids deux mesures» de l’attitude musulmane envers les différents phénomènes de la société autrichienne.

«De nombreux musulmans ont un problème avec le mot "Noël" et on parle même de renommer les marchés de Noël en marchés d’hiver… Mais en ce qui concerne la prime, aucun musulman n’a de problème avec le mot "Noël"», a-t-il indiqué.

Gerhard Knoll a cependant reconnu que le sondage était «discriminatoire» et a expliqué qu’il avait été supprimé après avoir réalisé que les débats engendrés étaient hors de contrôle. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales