Jeux de guerre en Europe : les exercices militaires de la Lituanie mobilisent 6 000 hommes de l'OTAN

Exercices militaires conjoints avec l’OTAN à Siauliai, Lituanie, le 1er avril 2014 Source: Reuters
Exercices militaires conjoints avec l’OTAN à Siauliai, Lituanie, le 1er avril 2014

La Lituanie organise ses plus grands exercices militaires depuis qu’elle a rejoint l’OTAN en 2004. Entretemps, 200 soldats supplémentaires doivent arriver au quartier général de l’Alliance en Europe de l’Est, situé à Szczecin en Pologne.

«La présence massive des armées alliées témoigne de la solidarité avec les pays de la région», a indiqué le major-général Almantas Leika, commandant des forces terrestres de l’armée de Lituanie au commencement de l’exercice militaire international «Saber Strike».

La Lituanie est un des pays participant à l’exercice, les manœuvres impliqueront environ 6 000 hommes et se dérouleront dans les trois Etats baltes et en Pologne jusqu’au 19 juin. Au cours de ces exercices en deux étapes, les forces terrestres et aériennes mèneront des opérations communes sur le terrain, puis le corps officier encadrera une simulation séparée de conflit régional sur ordinateur.

«Cet exercice est l'occasion de démontrer à nouveau la capacité de nos forces armées et de nos partenaires stratégiques à organiser des exercices militaires d’une telle envergure ensemble et à développer notre interopérabilité», a déclaré Almantas Leïka.

En savoir plus : l’OTAN s’exerce en Roumanie en invoquant une nouvelle fois la «menace russe»

La Lituanie, la Lettonie et l’Estonie ont demandé l’installation de bases permanentes de l’OTAN sur leur territoire, arguant que la Russie est capable d’envahir leurs pays en quatre heures après le déclenchement d’une attaque. Moscou, à son tour, a fustigé la requête en signalant qu’elle enfreint l’Acte fondateur OTAN-Russie de 1997.

En Pologne, des officiers de 20 Etats membres de l’OTAN seront affectés à la base de l’Alliance à Szczecin, ville polonaise située à la frontière avec l’Allemagne, dans le cadre d'un processus d'extension qui durera jusqu'en 2018.

«Au final, le nombre de soldats sera doublé pour atteindre 400 hommes ainsi que le nombre d'agents de liaison des forces aériennes, maritimes et terrestres», a déclaré le général Lutz Niemann, commandant des Corps spécialisés de l’US Navy.

Le général a expliqué que cette extension, avait été agrée avec les pays de l’OTAN l’année dernière, constituait une réponse à la crise ukrainienne.

D’après Lutz Niemann, le quartier général sera utilisé pour coordonner des tâches spécifiques dans le contexte d'opérations plus larges de l’OTAN ou servira de quartier général pour des campagnes plus ciblées ainsi que pour la coordination des exercices futurs.

L’OTAN a intensifié ses exercices militaires en Europe de l’Est au cours de dernières années à mesure que les relations entre le bloc militaire et la Russie retombaient dans une logique de guerre froide. Le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg a récemment promis que l’Alliance allait multiplier ses activités le long de ses frontières orientales en diversifiant ses patrouilles maritimes et aériennes et en pratiquant des exercices réguliers.

Le bloc se prépare actuellement une dernière phase d'exercices maritimes qui se déroulera à quelques kilomètres seulement de l’enclave russe de Kaliningrad, un port sur le Golfe de la Vistule enserré entre la Pologne et la Lettonie. L’exercice commencera le 5 juin et durera plus de deux semaines.

Les jeux de guerre de l'OTAN donneront la vedette à des militaires originaires de 17 pays différents, pour la plupart membres de l’Alliance. La Suède sera le principal participant non membre, sa présence étant néanmoins vue par beaucoup comme un indice de son intention d'adhérer prochainement à l'organisation.

Le Royaume-Uni a déclaré avoir envoyé ses plus grands navires de guerre pour les exercices.

Le motif principal des exercices est le climat de peur entretenu à l'égard de la Russie dans les Etats baltes qui soupçonnent Moscou d'intentions expansionnistes à la suite des évènements en Ukraine.

La Russie a répondu en promettant une militarisation accrue de la Crimée. «Evidemment, nous allons renforcer nos effectifs en Crimée parce que les pays de l’OTAN ont intensifié leurs activités aux environs immédiats de nos frontières», a dit l’envoyé de la Russie à l’OTAN Alexander Grouchko à la mi-mai.

L’envoyé russe a qualifié la rhétorique belliqueuse envers Moscou de chanson «obsolète». Grouchko a ajouté que l’OTAN, pour justifier sa position antirusse, créait artificiellement la perception d'une menace à la sécurité de ses membres.

«Il semble que certains pays, pour diverses raisons, y compris pour des motifs de politique interne, aiment à s’exposer sur la ligne de front, exigeant une attention spéciale et une protection particulière. Qui plus est, ces pays ne cessent de se créer des ennemis et de mettre leurs propres erreurs en politique étrangère ou interne sur le compte d’une menace mystique en provenance de la Russie», a expliqué Alexander Grouchko à la chaine de télévision Rossiya 24 la semaine dernière.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales