L’Allemagne pourrait accueillir des centaines des réfugiés issus de Calais

L’Allemagne pourrait accueillir des centaines des réfugiés issus de Calais© Neil Hall Source: Reuters

Le démantèlement du camp de la Jungle pourrait augmenter la quantité des migrants dans les régions françaises, ainsi que dans les autres pays européens. L’Office fédéral allemand pour la migration se prépare à en accueillir des centaines.

D’après le journal allemand Rheinische Post, Berlin est prêt pour le cas où les autorités françaises lui demanderaient d'accueillir une partie des migrants qui, jusqu'au début du démantèlement de la Jungle le 24 octobre, vivaient dans le camp de migrants à Calais.

D’après l’accord de Dublin, les réfugiés qui ont été enregistrés à leur arrivée en Europe dans un autre pays européen que la France doivent y être renvoyés dans le cadre de la procédure d'obtention du statut de réfugié. Selon les estimations, c’est le cas de 65% à 75% des migrants qui se trouvent à Calais.

Après le démantèlement de la Jungle, une grande quantité d’entre eux pourrait être contrainte de retourner en Allemagne pour y achever la procédure d'obtention du statut de réfugié, sans pouvoir s'y soustraire. Les associations avertissent que les migrants qui refuseraient de monter dans les bus seront placés en Centre de rétention administrative en vue de leur expulsion. L’Office fédéral allemand pour la migration a déjà précisé qu’il accepterait toutes les demandes qui lui seraient adressées.

D’après les données présentées le 30 septembre 2016 par le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière, au moins 657 000 personnes ont déjà rempli des demandes d’asile en Allemagne depuis le début de l'année. En 2015, un total de 890 000 demandes d'asile avaient été satisfaites.

Lire aussi : A la demande de la France, le Royaume-Uni ne prend plus de nouveaux mineurs de la «Jungle» de Calais

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales