Une école de police cible d'une attaque au Pakistan, 59 morts

- Avec AFP

Une école de police cible d'une attaque au Pakistan, 59 morts© Naseer Ahmed Source: Reuters

Au moins cinq hommes armés ont attaqué le 24 octobre un centre de formation de la police près de la ville de Quetta, a annoncé l'armée, précisant que des militaires avaient été dépêchés sur les lieux et qu'une opération était en cours.

L'attaque, déclenchée à 22h30 (heure locale), visait le Collège de police du Baloutchistan, situé à 20 kilomètres au sud de Quetta. Après plusieurs heures d'échanges de tirs, un responsable provincial a annoncé que l'armée avait délogé les assaillants et sécurisé l'établissement, qui héberge plusieurs centaines de policiers en formation. 

«Aux premières heures du jour, nous avons un bilan de 59 morts, qui ont été tués lors de l'attentat d'hier soir», a déclaré le docteur Nasir Sumalani, responsable de l'hôpital public de Quetta. 

«Nous avons également accueilli le corps d'un terroriste», a-t-il ajouté. 

L'attaque a été menée par trois kamikazes armés, selon la presse pakistanaise qui rapporte des propos du ministre de l'Intérieur de la province du Baloutchistan, Mir Sarfaraz Ahmed Bugti, révisant ainsi à la baisse le nombre d'assaillants, initialement évalué entre cinq et six par l'armée.  

Sept cents recrues se trouvaient dans l'établissement lors de l'attaque, selon Mir Sarfaraz Ahmed Bugti.

«Les lieux sont à 99% sécurisés, nous terminerons cela une fois le soleil levé», a-t-il ajouté. 

Le général Sher Afgan, commandant du Frontier Corps chargé de la contre-offensive, a attribué l'assaut à une faction du groupe islamiste Lashkar-e-Jhangvi, allié des talibans pakistanais. Selon lui, les assaillants «communiquaient avec des cadres en Afghanistan». 

«J'ai vu trois hommes en tenue de camouflage, le visage caché et armés de kalachnikovs», a raconté un témoin se présentant comme policier en formation, interviewé par une chaîne télévisée. «Ils ont commencé à tirer et sont entrés dans le dortoir mais j'ai réussi à m'échapper en passant par dessus un mur», a-t-il précisé. 

Dans la matinée du 25 octobre, l'attaque a toutefois été revendiquée par Daesh.

Depuis quelques mois, les attentats se multiplient au Baloutchistan, dont Quetta est la capitale. Le 7 octobre, six personnes y avaient été tuées et 19 blessées dans une attaque qui visait des militaires voyageant dans un train de passagers et dont l'Armée de libération baloutche (BLA) avait endossé la responsabilité.

En août, un attentat revendiqué à la fois par une faction dissidente talibane, Jammat-ul-Ahrar (JuA), et par le groupe Etat islamique (EI) avait fait 73 morts dans un hôpital de Quetta au moment où la foule s'y recueillait sur la dépouille du bâtonnier de la province, assassiné quelques heures plus tôt. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales