Face à la coupure d’internet d’Assange, Anonymous menace les mails du gouvernement équatorien

Face à la coupure d’internet d’Assange, Anonymous menace les mails du gouvernement équatorien© Shannon Stapleton Source: Reuters

Anonymous a annoncé son intention de bloquer les mails du gouvernement équatorien s'il ne revenait pas sur sa décision de couper internet à Assange à cause de la publication des mails de Clinton pendant la campagne présidentielle américaine.

«Vous avez bloqué internet, nous vous bloquerons la communication !», lit-on dans un tweet publié par Anonymous dans la nuit du 23 au 24 octobre.

Le message a été diffusé avec la capture d’écran d’une image où sont visibles une adresse électronique du gouvernement équatorien et une liste des pays pour lesquels la connexion à cette adresse était potentiellement déjà interrompue.

Le 17 octobre, Julian Assange avait vu son accès à internet coupé par l’ambassade équatorienne à Londres où il est réfugié. Ce blocage intervenait juste après la publication par son site d’un nouvelle série d’emails du chef de la campagne électorale d’Hillary Clinton, John Podesta.

L’Equateur avait alors précisé que la décision de restreindre l’accès à internet sur le territoire de son ambassade à Londres avait été prise au regard de la publication de «documents qui affectaient et influençaient la campagne électorale aux Etats-Unis».

En savoir plus : L’Equateur admet que la coupure de l’accès à internet à Assange est liée aux révélations sur Clinton

Le gouvernement équatorien avait aussi précisé qu’il «ne s'immisçait pas dans les processus électoraux en cours, ni ne soutenait un candidat en particulier».

Lire aussi : Wikileaks dévoile la quinzième partie des emails du directeur de campagne de Clinton, John Podesta

Le 23 octobre, WikiLeaks a de son côté expliqué de n’avoir jamais rien publié depuis la juridiction de l’Equateur et même de n’avoir jamais la moindre intention de le faire.

«WikiLeaks publie ses travaux journalistiques depuis ses grands centres de données, basées notamment en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Norvège», a annoncé WikiLeaks, ajoutant que les autorités équatoriennes n’avaient aucune responsabilité dans les fuites de ces emails.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que retenez-vous de ce premier tour de la présidentielle ?

Résultats du sondage