Plusieurs policiers blessés par un néo-nazi en Allemagne

- Avec AFP

Photographie d'un suprématiste allemand et de son tatouage «White power» Source: Reuters
Photographie d'un suprématiste allemand et de son tatouage «White power»

Un nostalgique du IIIe Reich a tiré à balles réelles sur des policiers à Georgensmünd en Bavière. Le gouvernement allemand redoute l'écho que pourrait avoir cet acte et la radicalisation d'une mouvance semi-clandestine.

Quatre policiers ont été blessés, certains gravement, le mercredi 19 octobre dans le sud de l'Allemagne par un membre des «Reichsbürger», mouvement antirépublicain lié à l'extrême droite. L'homme a ouvert le feu lors d'une perquisition à Georgensmünd, bourgade bavaroise de 6 000 habitants, selon la police.

Le suspect, un homme de 49 ans, a été interpellé après avoir été légèrement touché durant l'échange de tirs, précise un communiqué de la police locale.

Les forces de l'ordre s'étaient rendues chez lui pour «mettre en sécurité, pour défaut d'entretien», des armes qu'il possédait légalement, d'après la même source.

Mouvance néo-nazie en Allemagne : un «potentiel de perturbation croissant»

En juillet dernier, le ministère allemand de l'Intérieur avait mis en garde contre le «potentiel de perturbation croissant» de cette mouvance de nostalgiques de l'Empire allemand, qui revendiquent les frontières de 1937 et refusent de payer des impôts et reconnaître les lois de la république fédérale.

Répondant à une question parlementaire du parti de gauche radicale Die Linke, le ministère avait relevé l'écho «des thèses des "Reichsbürger" dans le spectre néo-nazi et dans celui des négationnistes».

Parmi les infractions les plus fréquemment associées à ce mouvement figurent les insultes, le harcèlement, l'incitation à la haine raciale et la falsification, puisqu'ils refusent tout document officiel et se procurent de faux papiers d'identité impériaux, précisait la même source. Mais les autorités les accusent aussi d'extorsion de fonds et de violences physiques, s'inquiétant d'une possible «radicalisation».

Fin août, un ancien «Monsieur Allemagne» de 41 ans se réclamant des «Reichsbürger» avait ouvert le feu sur les policiers d'une unité spéciale venus l'expulser de sa maison à Reuden, en touchant deux d'entre eux. Il avait été à son tour grièvement blessé et arrêté.

Lire aussi : Terrorisme, montée des extrêmes : les Allemands plus inquiets que jamais

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales