L'ancien gouvernement de Tripoli dit reprendre ses fonctions

- Avec AFP

© MAHMUD TURKIA Source: AFP

Les anciennes autorités de Tripoli, remplacées en avril par de nouvelles institutions soutenues par la communauté internationale, ont annoncé qu'elles reprenaient leurs fonctions, après avoir pris possession sans combats des locaux du Conseil d'Etat.

Dans un communiqué, le chef de l'ex-gouvernement tripolitain, Khalifa Ghweil, qui refusait déjà de partir, a affirmé la «légitimité» de son «gouvernement de salut national», issu de l'ancien Parlement de Tripoli, le Congrès général national (CGN). Il a appelé tous ses ministres à reprendre leurs fonctions et à considérer «comme suspendus de leurs fonctions» tous les responsables nommés par le nouveau gouvernement d'union nationale (GNA) soutenu par les Nations unies.

Même s'il a perdu en avril toutes les institutions et ministères qu'il contrôlait à Tripoli au profit du GNA, Khalifa Ghweil continuait de publier des communiqués portant le sceau de son gouvernement de salut national. Dans le dernier de ces communiqués, publié le 9 octobre, il critiquait la situation sécuritaire à Tripoli.

Khalifa Ghweil, qui avait perdu le soutien des principales milices qui contrôlaient Tripoli, a lu son communiqué depuis les locaux du Conseil d'Etat, la plus haute instance consultative issue de l'accord politique parrainé par l'ONU, dont il a pris possession sans avoir à combattre.

En réponse, le GNA a promis dans un communiqué d'arrêter «les politiciens qui tentent de créer des institutions parallèles et de déstabiliser la capitale». Le GNA a condamné la prise de possession du QG du Conseil d'Etat par «un groupe armé», dénonçant de nouvelles «tentatives pour saboter l'accord politique» parrainé par l'ONU.

Aux termes de l'accord controversé conclu fin 2015 au Maroc entre des membres de forces politiques libyennes, les 145 députés du CGN deviennent membres du Conseil d'Etat.

Lire aussi : Libye : le parlement de Tobrouk vote une motion de défiance contre le gouvernement soutenu par l'ONU

Toutefois, un groupe de députés dont le président du CGN Nouri Abou Sahmein, a refusé de se joindre au Conseil d'Etat. Mais leur décision n'a guère influé sur la mise en place de la nouvelle institution.

Défini comme «la plus haute instance consultative de l'Etat» par l'accord politique, le Conseil d'Etat travaille de pair avec le GNA conduit par le Premier ministre désigné, Fayez al-Sarraj, installé à Tripoli depuis le 30 mars.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales