Un ponte de UKIP hospitalisé après avoir été frappé lors d’une réunion au Parlement européen

Steven Woolfe a-t-il été victime de la course à la présidence du UKIP ? Source: Reuters
Steven Woolfe a-t-il été victime de la course à la présidence du UKIP ?

Steven Woolfe, candidat à la présidence du parti souverainiste britannique UKIP s’est retrouvé hospitalisé après avoir reçu un coup lors d’une réunion des députés européens de sa formation à Strasbourg. Son agresseur reste non identifié.

La bataille pour la présidence du parti souverainiste britannique UKIP ferait-elle rage au point que ses membres s’agressent physiquement ? La question se pose de manière légitime après l’hospitalisation de Steven Woolfe, député européen du parti, qui aspire à en prendre la tête.

Alors qu’une réunion des élus continentaux de UKIP se tenait le 6 octobre au Parlement européen à Strasbourg, la victime aurait reçu un coup au niveau de la tête avant de chuter et de se cogner sur une barre en métal. 30 minutes plus tard, Steven Woolfe se serait évanoui.

Inquiétude et soulagement

D’abord «préoccupante» selon le président du parti par interim, Nigel Farage, la situation de Steven Woolfe s'est par la suite améliorée. Selon Sky News, une hémorragie cérébrale aurait un temps été évoquée.

Steven Woolfe a tenu à rassurer son monde en écrivant un communiqué : «Le scanner n'a montré aucune poche de sang dans le cerveau. En ce moment, je me sens mieux, plus heureux et plus souriant que jamais. Par précaution, je serai gardé en observation cette nuit et je passerai d'autres tests afin que l'on s'assure que tout va bien.» Il n'a évoqué que de légères gênes au niveau du côté gauche du visage.

«Je regrette profondément cette altercation qui a pris place lors d’un meeting des députés européens de UKIP ce matin et à la suite de laquelle Steven Woolfe s’est effondré et a dû être emmené à l’hôpital», a déclaré Nigel Farage.

En savoir plus : Le pro-Brexit Nigel Farage démissionne du UKIP : «J'ai accompli ma mission»

Les conditions de l’altercation demeurent floues. «J’étais à la réunion, il y a eu un vif échange de points de vue et laissez-moi vous dire que ce n’est pas inhabituel», a confié au Sun Roger Helmer, cadre du parti. Avant d’ajouter : «Quelqu’un a mentionné qu’il y avait eu une altercation mais je ne l’ai pas vue.»

Une conversion au conservatisme envisagée

Steven Woolfe a récemment défrayé la chronique au sein de son parti. Alors que Diane James, qui a succédé à Nigel Farage à la présidence de UKIP, a laissé son siège vacant 18 jours seulement après avoir été investie, Steven Woolfe a annoncé, le 5 octobre, son ambition de prendre les rennes du parti. Un mandat qu’il n’avait pas pu briguer immédiatement après le départ de Nigel Farage en raison d'une erreur administrative.

Visiblement, sa candidature n'a pas l'heur de plaire à tout le monde à l'intérieur de la formation souverainiste. Le jour même de l’annonce de sa candidature, il avait avoué avoir envisagé de rejoindre les Conservateurs ces dernières semaines. La raison ? Il s’est tout simplement dit «enthousiasmé» par le leadership de Theresa May, l’actuel Premier ministre britannique.

Une annonce qui a créé un tollé au sein du parti. Reste que ses concurrents Suzanne Evans et Raheem Kassam lui ont souhaité un prompt rétablissement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales