«Comment survivre à cette perte?», les habitants de Gorlovka pleurent les victimes de l’obus fatal

Capture d'écran, compte Twitter @Kosarev_RT
Capture d'écran, compte Twitter @Kosarev_RT

Des maisons transformées en tas de décombres, une mère pleurant la mort de son fils et des habitants abasourdis par ce regain de violence. C’est ce qu’a retrouvé l’équipe de RT à Gorlovka après qu’un obus tiré par les forces ukrainiennes y a chuté.

La ville de Gorlovka, qui se trouvait sous d’intenses bombardements depuis le début de l’opération militaire de Kiev, a été touchée une fois encore par un obus tiré par les forces ukrainiennes. Selon le commandant en chef des insurgés Eduard Basurin, ce pilonnage a fait trois morts et quatre blessés.

En savoir plus : un obus ukrainien décime une famille dans le Donbass

Le même soir où un obus est tombé, notre correspondant Roman Kosarev et l’équipe de RT sont arrivés sur les lieux du drame et ont rencontré des habitants angoissés par la situation.

«Mon fils ! Mon fils ! Oh mon Dieu ! Comment pourrai-je survivre à cette perte ?», a hurlé une habitante de Gorlovka avec les larmes aux yeux. «Il n’y a même pas d’insurgés ici !».

Un autre habitant de la ville a dit à l’équipe de RT qu’il connaissait une des victimes, Yura, qui était son camarade de classe avant de rentrer dans les détails de la mort de son vieil ami. «Je me suis dit, c’est Yura, nous allions à l’école ensemble. Alors je me suis précipité vers lui. Quand je me suis penché sur lui, j’ai vu du sang couler de sa bouche. J’ai regardé de plus près et j’ai vu que ses jambes étaient complètement déchiquetées, et là j’ai compris qu’il était mort», a indiqué le l’habitant.

Ce nouvel incident intervient après qu’un fragile cessez-le-feu a été conclu à Minsk en février. Malgré les accords atteints par les dirigeants ukrainien, russe, français et allemand, constituant la «dernière chance» de ramener la paix, les violences se poursuivent dans la région.

  

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales