Affaire des tickets illégaux de Rio : le dirigeant d'une entreprise irlandaise libéré par la police

© TASSO MARCELO Source: AFP

Les autorités brésiliennes ont mis fin à la détention provisoire d'un responsable de la société TGH Sports, arrêté début août pour son implication supposée dans une affaire de revente au marché noir de billets pour les Jeux olympiques.

«A la suite des efforts intensifs de nos avocats au Brésil, THG salue l'annonce de la libération dans les jours à avenir de notre collègue Kevin Mallon, détenu de manière provisoire à Rio», s'est félicitée dans un communiqué la société irlandaise, spécialisée notamment dans les billetteries sportives et l'accueil d'athlètes.

Haut responsable de TGH Sports, Kevin James Mallon avait été arrêté le 5 août dernier par la police brésilienne, au lendemain de la cérémonie d'ouverture des Jeux, pour son implication supposée dans une affaire de revente illégale de billets pour les Jeux olympiques de Rio. La compagnie avait alors publiquement récusé toute implication dans quelque activité illicite que ce soit.

Les médias brésiliens ont lié l'arrestation de Kevin Mallon à celle, deux semaines plus tard, de son compatriote Patrick Hickey. Alors président du Comité olympique irlandais (COI) et chef des Comités olympiques européens, cet Irlandais de 71 ans avait été surpris par la police en possession de 800 billets pour des épreuves des Jeux qui étaient destinés au marché noir.

En lien avec cette affaire, des médias irlandais ont également rapporté, lundi 22 août, la saisie par les autorités brésiliennes des passeports d'un certain nombre de hauts responsables du COI, parmi lesquels son directeur général Stephen Martin, son secrétaire général Dermot Henihan et le chef de la mission olympique irlandaise, Kevin Kilty.

Lire aussi : Brésil : des drogues labellisées «JO 2016» découvertes par la police de Rio

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales