Kaboul : «C'est peut-être mon dernier tweet», un photographe appelle à l'aide sur Twitter

Capture d’écran, compte Twitter @Massoud151
Capture d’écran, compte Twitter @Massoud151

Massoud Hossaini, photojournaliste pour Associated Press et prix Pulitzer est pris au piège avec 15 autres personnes dans une salle de classe de l'université américaine de Kaboul, où les combats font rage. Blessé, il appelle à l'aide sur Twitter.

© Capture d'écran Facebook Massoud Hossaini

Je suis blessé. Coincé avec 15 personnes dans une salle de classe. Les filles pleurent. Aidez-nous s'il vous plait

Ces tweets ont néanmoins été supprimés et n'est désormais plus visible sur son compte Twitter.

Photographe de guerre né en Afghanistan, Massoud Hossaini est un habitué, malgré son jeune âge - 34 ans - des situations à risques : le 6 décembre 2011, alors qu'il couvrait pour l'AFP un attentat qui a fait 80 victimes et au cours duquel il a été lui-même blessé, il avait déjà échappé de peu à la mort. 

A l'heure où sont écrites ces lignes, il est injoignable sur les réseaux sociaux, où se multiplient les messages de proches cherchant à avoir des nouvelles, et son téléphone sonne occupé.

Sur Twitter, Lynne O'Donnell, la chef du bureau d'Associated Press affirme que «son personnel est en sécurité», suite à la fusillade et aux explosions dans l'université américaine de Kaboul. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales