Afrique du Sud : une «voleuse de bébé» condamnée à dix ans de prison

Le père biologique de Zephany Nurse réagit à la sortie du tribunal du Cap, alors que la femme qui a kidnappé sa fille en 1997 a été condamnée à 10 ans de prison
Le père biologique de Zephany Nurse réagit à la sortie du tribunal du Cap, alors que la femme qui a kidnappé sa fille en 1997 a été condamnée à 10 ans de prison

Une Sud-africaine reconnue coupable de l'enlèvement d'une enfant qu'elle a élevée comme sa fille a été condamnée ce lundi 15 août à dix ans de prison par un tribunal du Cap, selon des médias sud-africains.

Le juge John Hlophe a souligné la gravité du crime de cette femme, condamnée pour avoir volé un bébé en mars 1997 dans un berceau d'une maternité du Cap, tout en pointant certaines circonstances atténuantes, comme son casier judiciaire, vierge.

Cette femme, dont le nom n'est pas révélé pour protéger sa victime, avait enlevé un bébé de trois jours prénommée Zephany, à la maternité Groote Schuur du Cap.

Elle l'avait ensuite élevée exactement comme sa propre fille.

L'affaire a éclaté début 2015, lorsque des lycéens ont remarqué une troublante ressemblance entre Zephany, qui entrait alors en classe de terminale, et Cassidy Nurse, une nouvelle élève de son établissement du Cap, plus jeune qu'elle.

Les parents de Cassidy ont contacté la police, et les tests ADN ont révélé que la jeune fille était effectivement leur enfant.

En mars, la justice avait reconnu coupable l'accusée, aujourd'hui âgée de 52 ans, d'enlèvement et l'avait placée en détention provisoire.

Sans le savoir, la famille Nurse avait vécu à quelques kilomètres seulement de leur fille kidnappée. Chaque année, ils célébraient son anniversaire, ne perdant pas espoir de la retrouver.

Selon la presse sud-africaine, Zephany, aujourd'hui âgée de 19 ans, est retournée vivre dans la maison où elle a grandi, avec l'homme qu'elle a toujours pris pour son père et attend son premier enfant.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales