Erevan : 20 preneurs d’otage se rendent après deux semaines de siège d’un poste de police (VIDEO)

© Ruptly

Un groupe de 20 hommes armés, qui avait pris en otage le 17 juillet un poste de police de la capitale arménienne, Erevan, pour demander la libération d’un politicien d’opposition, s’est rendu. Deux policiers ont été tués dans l’affrontement.

«Grâce à leurs actions cohérentes et coordonnées, les unités spéciales arméniennes ont forcé les membres du groupe armé à se rendre aux autorités», ont indiqué les services de sécurité arméniens dans un communiqué, précisant : «Vingt terroristes ont été arrêtés.» Ceux qui ont été arrêtés sont accusés d’avoir tué les deux policiers tombés durant ce long affrontement mais démentent toute responsabilité.

Le 17 juillet, le groupe armé avait capturé ce poste de police dans le quartier d’Erebouni, à Erevan, en prenant plusieurs policiers en otage et en tuant un autre. La police avait alors bloqué le quartier et commencé un siège du bâtiment.

Les négociations ont duré deux semaines. Tous les otages ont été libérés environ une semaine après le début du siège, mais les hommes armés ont ensuite capturé des secouristes venus soigner des blessés.

Après des affrontements violents entre des manifestants venus soutenir les preneurs d’otages et la police le 29 juillet, la police a lancé au groupe l’ultimatum de se rendre le 30 juillet. Les hommes armés se sont finalement rendus dans la soirée du 31 juillet. Quatre membres du groupe s’étaient rendus plus tôt dans la semaine. Au moins sept ont été blessés dans l’attaque et le siège du poste de police.

Lire aussi : Tensions en Arménie : 165 personnes arrêtées après des affrontements avec la police

Les demandes du groupe visaient la libération d l’homme politique d’opposition Jirair Sefilyan, détenu depuis 20 juin après la découverte par les autorités de ce que ces dernières qualifient de complot pour prendre contrôle de plusieurs bâtiments et installations de télécommunication à Erevan.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales