Les persécutions envers la minorité chiite continuent au Bahreïn avec l'arrestation de trois clercs

Hassan Mushaimaa, leader de la communauté chiite de Bahreïn, longtemps condamné à l'exil. Source: Reuters
Hassan Mushaimaa, leader de la communauté chiite de Bahreïn, longtemps condamné à l'exil.

Le royaume du golfe Persique continue sa répression à l'encontre de la minorité chiite et multiplie les arrestations. Trois religieux en ont à nouveau fait les frais.

La télévision en langue arabe Lualua rapporte que les forces de l'ordre bahreïnites ont arrêté deux individus, Sayed Yassin al-Mosawi et le cheikh Jassim al-Kayyat dimanche, dans la ville de Diraz, situé à environ 12 kilomètres à l'ouest de la capitale Manama.

Motif de l'arrestation : leur participation à un sit-in devant la résidence d'une importante personnalité religieuse, le Sheikh Issa Qassim, pour dénoncer la récente décision du gouvernement de révoquer sa citoyenneté. Autre dignitaire religieux ayant fait les frais de cette répréssion, le Sheikh Aziz al-Khaddran, a été arrêté pour «incitation à la haine contre la dynastie régnante Al Khalifah».

Depuis le 14 février 2011, des milliers de manifestants ont organisé presque quotidiennement de nombreuses manifestations à Bahreïn, appelant les dirigeants Al Khalifah à abandonner le pouvoir.

Au Bahreïn, les chiites, gouvernés par une minorité sunnite autoritaire, représentent entre 60 et 70% du demi-million de nationaux.

Lire aussi : Le parlement de Bahreïn appelle le gouvernement à attaquer l'Iran

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales