Grande-Bretagne : les polygames ont désormais leurs propres sites de rencontre ! (VIDEO)

Source: Reuters

Afin de lutter contre les «relations immorales» et le divorce, un jeune entrepreneur britannique a eu l'idée de créer deux sites pour les polygames : un pour les musulmans et un pour les autres confessions.

Azad Chaiwala, 33 ans, pense avoir trouvé la solution miracle pour lutter contre l'adultère : la polygamie. Selon lui, l'adultère serait responsable du fort taux de divorce en Grande-Bretagne, où 42% des mariages en moyenne se terminent par une séparation. 

N'ayant pas peur du paradoxe, l'objectif du jeune homme est de promouvoir la «fidélité» et les «valeurs traditionnelles». Selon lui, un homme qui a le choix au sein de son foyer ne sera en effet plus tenté d'aller voir ailleurs en secret et de trahir ainsi son union. 

Son but ultime : lutter contre la prostitution, les coups d'un soir et les relations hors couple.

Azad Chaiwala reconnait pourtant que son projet ne fait pas l'unanimité, notamment auprès des femmes, premières concernées par ce choix de vie : «Je ne connais pas une femme au monde qui ne se sentirait pas un peu mal à l'aise vis-à-vis de la polygamie» admet-il. 

Surfant sur la vague des sites de rencontres, le jeune entrepreneur a ainsi créé deux site pour «préserver le bonheur conjugal» en évitant que ces messieurs ne soient tentés d'aller voir ailleurs. 

Au Royaume-Uni, les polygames de tous poils ont désormais le choix : pour les musulmans, le site SecondWife.com permet de trouver une seconde épouse, tout comme le site Polygamy.com, ouvert quant à lui à toutes les confessions. 

Le succès semble au rendez-vous, puisque Secondwife.com compte déjà plus de 35 000 membres, tandis que Polygamy.com en compte 7000. 

Reste à savoir sur le long terme ce que la loi en dira, puisqu'au Royaume-Uni, la bigamie est illégale et passible de sept ans de prison. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales