Lille : les supporters belges et gallois mettent le feu avant le match

© Capture d'écran Twitter

Les supporters ont déjà commencé à mettre une ambiance de feu, tandis que le match qui opposera les Diables rouges au Pays de Galles ne débutera qu'à 21h au stade Pierre Mauroy. Un occasion de patienter en chantant et en vidant quelques pintes.

Même si les Gallois sont venus en nombre, les Belges restent en supériorité numérique. En effet, environ 50 000 fans belges sont annoncés en ce jour de quarts de finale de l'Euro 2016, du fait de la proximité de la ville de Lille avec la frontière belge.

Les supporters des Diables rouges sont non seulement massivement attendus au stade Pierre Mauroy, mais également dans la fan-zone qui peut accueillir 20 000 personnes, ainsi qu'un peu partout ailleurs dans la ville.

Sur les réseaux sociaux, les images de l'avant match commencent à circuler montrant une ambiance festive et bon-enfant.

Un drapeau belge a même été hissé sur la Mairie de Lille, montrant une certaine préférence pour le voisin belge.

Le vendredi 1er juillet vers midi, les premiers ralentissements étaient constatés sur les routes menant à Lille. La E17, la E42 que la E19 étaient bouchées à l'approche de la frontière française.

La circulation est ralentie non seulement par l'afflux massif de supporters belges, mais aussi en raison de travaux sur plusieurs tronçons d'autoroute s'ajoutant à des contrôles réguliers effectués par la police française.

La vente d'alcool et de moyens pyrotechniques sur la voie publique ont par ailleurs été interdites par un arrêté. Les supporters belges «chargés» en breuvages alcoolisés devront donc abandonner leurs provisions une fois passés la frontière. Il peuvent néanmoins se rabattre sur les bars et cafés, faisant l'aubaine des restaurateurs.

Lire aussi : Euro 2016 : #AdopteUnBelge, l'appel bon enfant des supporters belges aux Lillois

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales