«J’ai tenu mon frère jusqu’au dernier moment» : les terribles circonstances du drame en Carélie

Des enfants rescapés Source: Sputnik
Des enfants rescapés

Une tragédie effroyable s’est produite sur le lac de Siamozero, dans le nord de la Russie. 14 enfants auraient trouvé la mort après que leurs embarcations ont chaviré dans la tempête. Les autres ont réussi à se sauver malgré le vent et l’eau glacée.

Le voyage des enfants au lac de Siamozero, en Carélie, un des endroits les plus beaux et sauvages du Nord de la Russie, s’est transformé en un cauchemar qui a horrifié toute la Russie. Le 18 juin, un groupe de 47 enfants âgés d'entre 11 et 15 ans et quatre adultes ont embarqué pour une balade sur le lac malgré le mauvais temps qui s’annonçait. C’était une activité inscrite au programme. Les enfants sont en effet venus en colonie de vacances non seulement pour se reposer, mais aussi pour pratiquer de nombreuses activités d’extérieur, comme le canoë.

Le périple des enfants sur deux embarcations et un radeau a commencé dans «des conditions extrêmes avec un vent de 50-60 km/h et des vagues de 1,50 à 2 mètres de haut», comme l’a fait savoir plus tard le gouverneur de la République de Carélie, Alexandre Khoudilainen. A 16h30 (heure locale), la tempête s’est levée et le vent a renversé les embarcations. Le drame s’est produit près de plusieurs îles éparpillées au milieu du lac. Les enfants ont essayé de les atteindre, mais la tâche s’est révélée ardue. L’eau du lac est glacée et le vent fort empêchait les enfants de rejoindre la berge. Seuls 11 d'entre eux ont réussi à se sauver.

Les enfants qui ont réussi à se sauver Source: Sputnik
Les enfants qui ont réussi à se sauver

«Elle a tenu son frère jusqu’au dernier moment»

Le bilan aurait pu être encore plus lourd, comme l’a raconté cette fillette de 12 ans aux habitants du village de Koudama qui l’ont recueillie. Elle a réussi à atteindre la côte au soir du 18, mais elle a perdu connaissance pendant la nuit avant de se réveiller à cause du froid au matin du 19 juin. Sur son chemin vers le village, elle a rencontré un autre garçon de son groupe «tout en sang et incapable de bouger».

Alertés par la jeune fille, les habitants du village ont contacté les services d’urgence. Alexandre, un habitant de la localité, a confié au média russe LifeNews que la fille était très courageuse et ne pleurait pas malgré son état de fatigue. «D’abord, nous avons pensé qu’elle s’était juste perdue. Puis elle nous a raconté ce qui s’est passé», a-t-il expliqué. «La fille a frappé à trois maisons où personne n’était là avant de nous trouver», a ajouté Alexandre.

La jeune fille courageuse a aussi raconté qu’elle était avec son frère à bord d’une des embarcations et lui avait tenu la main jusqu’au dernier moment, avant qu’ils ne soient séparés par la tempête. Après s’être réchauffée, elle a été amenée par la police vers la base où elle a retrouvé son frère qui a également survécu à l’accident.

«Reprends-moi de cet enfer»

Il s’est rapidement révélé que les conditions de vie au sein de cette colonie de vacances étaient déplorables. Les enfants vivaient dans un camp de tentes installé illégalement et à la va vite, a déclaré le gouverneur de la République de Carélie, Alexandre Khoudilaïnen.

Une ancienne employée de la colonie de vacances, Alena Kaptouk, qui y avait travaillé il y a trois ans, a confié à Life News que les enfants étaient envoyés en excursion sur le lac sans gilet de sauvetage, même lorsque le temps était mauvais. «Quand j’y travaillais, la situation était similaire. L’organisateur nous disait d’y aller. Nous lui demandions : comment faire pour naviguer ? Un jour, il y a eu une grosse tempête, de grandes vagues et les enfants ont eu peur. Il nous a dit qu’il y avait un programme et que nous devions le suivre», a-t-elle raconté.

Sur des forums internet spécialement dédiés, des parents ont longuement échangé à propos de cette colonie de vacances. Les avis parlent d’eux-mêmes. «Hier, je suis allé récupérer mon fils de cet endroit. Il pleurait et demandait : Reprends-moi de cet enfer !», «Le chaos règne dans le camp : 600 enfants de Moscou y sont arrivés, rien n’était prêt pour les accueillir en tel nombre ; les dernières tentes ont été installées tard dans la soirée… Des sacs de couchage sales et des matelas sales ont été livrés, les enfants avaient froid.» Autre témoignage à charge : «Ma fille se plaint toujours qu’il y a des randonnées interminables, ils ne mangent pas normalement, et ne peuvent pas prendre de douche.»

Une enquête pénale ouverte

Quatre personnes ont été arrêtées dans le cadre de l’enquête pénale ouverte après la mort des enfants, a annoncé le représentant du Comité d’enquête Vladimir Markine. Selon lui, après examen des corps des victimes, les enquêteurs ont établi qu’ils étaient tous nés entre 2002 et 2004, ce qui mène à la conclusion que les moniteurs qui accompagnaient les enfants «ont d’abord pensé à sauver leur propre vie». Les enquêteurs vont également vérifier si les moniteurs ont bu de l’alcool le jour de la tragédie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales