Budapest : des milliers protestent contre la politique du Premier ministre

Protestations à Hongrie contre contre la politique du Premier ministre Viktor Orban© Reuters Source: Reuters
Protestations à Hongrie contre contre la politique du Premier ministre Viktor Orban

A la veille de l’arrivée d’Angela Merkel, ils étaient plusieurs milliers, dimanche devant le parlement hongrois, à protester contre la politique du Premier ministre Viktor Orban et à demander sa démission.

Près de 3 000 personnes agitaient des drapeaux de la Hongrie et de l’Union Européenne (UE) en scandant « Le printemps arrive – Orban s’en va ». Beaucoup de gens tenaient des pancartes réclamant la fin de la corruption et protestant contre la politique actuelle du parti au pouvoir.

D’autres avaient des panneaux avec lesquels ils s’adressaient directement à Angela Merkel en allemand. « Nous voulons rester des citoyens de l’UE ! » ou « Angela, ne négociez pas avec la mafia », pouvait-on lire.

Ces manifestants exprimaient leur inquiétude à l’égard des politiques économiques du Premier ministre et de ses positions dans les relations avec la Russie. « Nous voulons montrer que le pays n’est pas à l’image d’Orban, que la majorité ne soutient pas ses politiques de rapprochement avec Vladimir Poutine », a confié à AP l’organisateur de la manifestation, Balazs Gulyas, qui avait déjà, l’an dernier, pris la tête de lutte contre l’introduction d’une nouvelle taxe internet. « La majorité de gens veulent être dans l’UE ». Début janvier, une manifestation similaire avait déjà eu lieu à Budapest.

La popularité du parti de Viktor Orban, Fidesz, a commencé à perdre sa popularité lorsqu’il a essayé d’introduire une taxe sur internet en octobre dernier. L’annonce du projet de loi a suscité plusieurs manifestations de masse. Le Premier ministre hongrois restera au pouvoir jusqu’aux nouvelles élections présidentielles qui se tiendront en 2018.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales