Le chef du bureau du Washington Post en Israël interpellé brièvement pour «incitation»

image illustration© reuters Source: Reuters
image illustration

William Booth, correspondant en Israël pour le Washington Post a été appréhendé par la police pour «incitation» après qu'il a procédé à des interviews dans la rue. Lui et en employé d'une ONG ont été rapidement libérés selon la police.

Les forces de police ont affirmé avoir détenu brièvement William Booth et un employé d’une organisation des droits de l’homme près de la porte de Damas à Jérusalem.

Selon les propos de plusieurs témoins un groupe souhaitait organiser une confrontation entre la jeunesse arabe et la police. Cette confrontation devait être programmée dans un but de propagande.

Le porte-parole de la police Micky Rosenfeld affirme que les journalistes ont été interrogés dans le cadre d’un «incident» et rapidement libérés après qu’il était clair qu’ils n’étaient pas impliqués. 

RT a contacté la police locale, mais pour l'instant nous n'avons pas reçu de réaction de leur part.

Selon un journaliste du Time en Israel, son confrère William Booth n'aurait pas été arrêté mais juste emmené dans un poste de police à proximité et il serait déjà libre. Le quotidien Haaretz également rapporte que le journaliste a été libéré.

Selon les réseaux sociaux, le porte-parole de la police israélienne a déclaré que William Booth incitait les Palestiniens aux «provocations».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales