Des journalistes russes et membres de l’OSCE se sont retrouvés sous les tirs dans l’est ukrainien

Source: Sputnik

Des tirs de sniper ont visé ce dimanche un groupe composé de représentants de Donetsk, de la mission de l’OSCE en Ukraine et de l’équipe de la chaîne russe VGTRK. Personne n’a été blessé dans cet incident, a confirmé l’OSCE.

Les responsables et journalistes se dirigeaient vers la localité de Kominternovo, dans la région de Donetsk, afin de faire état des suites des bombardements de la part des militaires ukrainiens qui y ont eu lieu vendredi.

«Les tirs ont commencé 10-15 minutes après notre arrivée. Alors que nous étions partis en voitures, le lieu a été victime de tirs de mortier», a raconté à RIA Novosti le correspondant de VGTRK Andrei Roudenko qui faisait partie du groupe.

«Je crois que les tirs étaient prémédités», a-t-il encore remarqué, expliquant que la première balle est passée directement entre Edouard Bassourine, haut responsable militaire de la République autoproclamée de Donetsk, et la caméra.

Edouard Bassourine Source: Sputnik
Edouard Bassourine

Alors que l’auteur des tirs n'a pas été identifié, le journaliste de VGTRK a précisé que «Kominternovo jouxte les village de Chirokino et Vodianovo, contrôlés par les formations de droite radicale tels que Secteur droit et bataillon Azov», qui possèdent, selon le journaliste, les armements correspondants à ceux utilisés dimanche.

Lire aussi : Prise en flagrant délit, la télévision allemande accusée d’inventer des soldats russes en Ukraine

Le 1er septembre, un cessez-le-feu entre les forces armées ukrainiennes et les milices populaires de Donestk est entré en vigueur dans l’est de l’Ukraine. Malgré certaines violations mineures qui ont parfois lieu sur la ligne de contact, la trêve est généralement respectée, notent les partis du conflit, de même que les organisations internationales.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales