La réfugiée sanglotant face à Angela Merkel a vu son permis de séjour prolongé jusqu’en 2017

Reem Sahwil face à la chancelière allemande © Capture d'écran Twitter
Reem Sahwil face à la chancelière allemande

Reem Sahwil, une demandeuse d'asile de 14 ans qui avait accédé malgré elle à une notoriété internationale suite à une émission de télévision allemande, sera autorisée à rester en Allemagne avec sa famille au moins jusqu’en octobre 2017.

L’adolescente avait fait la une des journaux après avoir éclaté en sanglots devant Angela Merkel lors d'un débat télévisé. Selon le journal Bild, l’administration de la ville de Rostock aurait indiqué que la bonne intégration de la famille Sahwil dans la société allemande avait été déterminante dans l’extension de son permis de résidence.

En juillet, Reem avait pleuré en expliquant dans un allemand parfait que sa famille, arrivée il y a quatre ans après avoir vécu dans un camp de réfugiés au Liban, risquait l’expulsion. «J’ai des buts comme n’importe qui, je veux étudier comme eux… C’est très déplaisant de voir comment les autres peuvent profiter de la vie et que je ne le peux pas», avait-elle déclaré à la chancelière.

Lire aussi : Crise migratoire : insécurité dans les camps, l’Allemagne veut accueillir moins de gens (VIDEO)

Angela Merkel avait répondu à l’adolescente qu’elle comprenait mais que «la politique est parfois rude». Elle lui a expliqué que l’Allemagne ne pouvait pas accepter tous les réfugiés, ajoutant : «Nous ne pouvons pas y faire face». Depuis, l’Allemagne a décidé d’accueillir plus d’un million de réfugiés, soit quatre fois le nombre de demandeurs d’asile qui sont arrivés en 2014.

Quelques jours plus tard, Reem Sahwil avait expliqué à l’hebdomadaire Die Welt qu’elle espérait un jour retourner vivre dans sa patrie ancestrale. «Mon espoir est qu’un jour il [Israël] ne sera plus là, mais seulement la Palestine. La Palestine est ma maison», avait-elle déclaré. Face à la réaction du journaliste, lui expliquant que des lois en Allemagne punissaient l’antisémitisme, celle-ci avait répondu : «Oui, mais il y a la liberté d’expression ici, et je suis autorisée à le dire. Mes parents me disent qu’Israël nous a expulsés de la Palestine. Cela est vrai, non ?»

Dans son allocution de Noël, le président allemand Joachim Gauck a félicité les Allemands qui se sont portés volontaires pour aider les réfugiés. «Nous avons montré ce dont nous sommes capables : de bonne volonté, de professionnalisme, mais aussi de la capacité d'improviser», a-t-il affirmé. Il a appelé à un débat ouvert sur les problématiques soulevées par les migrants qui continuent d’arriver en Allemagne, car c'est la seule façon de trouver «des solutions durables qui seront soutenues par la majorité».

Lire aussi : L'Allemagne et l'Autriche travaillent ensemble sur un droit d'asile commun européen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales