Enfermée quatre jours dans les toilettes, l’octogénaire a tué le temps en tricotant une écharpe

Source: Reuters

Une octogénaire britannique a passé quatre jours dans des toilettes publiques à Felixstowe, dans le comté de Suffolk, emprisonnée à l’intérieur. Elle n’a cependant pas perdu son temps à ne rien faire.

La sanisette «high tech» n’avait pas encore été officiellement ouverte au public, ce qui n’a pas empêché la vielle dame de réussir à y entrer. Mais le problème s’est posé au moment d’essayer d’en sortir : une panne de la porte a emprisonné Gladys Phillips, 82 ans, à l’intérieur du «petit coin».

Pendant son séjour contraint et forcé, la femme s’est nourrie de caramels à la menthe, a utilisé le sèche-mains pour se réchauffer et a dormi sur son manteau. Elle habite seule et ne possède pas de téléphone portable, raison pour laquelle aucun de ses parents ne s’est alors douté de sa situation précaire.

«Je frappais les murs, je criais, mais personne ne me répondait. Coup de chance dans mon malheur, je venais de faire mes courses et d’acheter une pelote de laine rose. J’ai utilisé le temps pendant lequel je suis restée enfermée pour en faire un cadeau de Noël pour un de mes petits-enfants, une belle écharpe», a raconté Phillips au Daily Express.

Au bout du compte, c’est un ouvrier qui a découvert la vieille dame, en revenant vers la cabine pour finir les travaux de peinture. D’après Phillips, l’homme a été choqué par sa découverte.

Lire aussi : Des toilettes pour tous, une école californienne se met aux toilettes unisexes

En décembre 2014, une histoire semblable s’est produite en France, à Saint-Antoine-de-Breuilh (Dordogne). Une octogénaire, Huguette, a enjambé sa baignoire et a chuté, sans pouvoir se relever. Huguette est restée six jours prisonnière dans sa salle de bains, en buvant seulement de l’eau du robinet, avant que la factrice ne la découvre, alertée par l’absence de mouvement dans la maison.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales