Allemagne : du sursis pour un politicien ayant arboré un tatouage nazi à la piscine

Allemagne : du sursis pour un politicien ayant arboré un tatouage nazi à la piscine© Capture d'écran Twitter.
L'homme, membre du parti nationaliste allemand NPD à tendance néo-nazie, arborait ce tatouage à la piscine municipale d'Oranienburg, à 40km au Nord de Berlin.

Après qu'un membre du parti nationaliste allemand (NPD) avait exhibé un tatouage nazi dans une piscine municipale, le procureur avait requis 10 mois de prison ferme. L'homme n'a finalement obtenu qu'une peine légère avec sursis.

Dans la piscine municipale de la commune d'Oranienburg, au Nord de Berlin, un visiteur a été choqué de voir un homme corpulent à la mine patibulaire arborer fièrement et sans complexe un tatouage nazi situé dans le bas du dos. 

Ce dernier représentait ni plus ni moins l'entrée du camp de concentration de Buchenwald, agrémenté de l'inscription Jedem das seine (à chacun le sort qu'il mérite),  phrase qui siégeait jadis au-dessus de l'entrée du tristement célèbre camp de la mort.

Après que la photo a été postée sur le compte Facebook du visiteur indigné, la police a immédiatement ouvert une enquète pour «incitation à la haire raciale et apologie de crimes contre l'humanité», rappelant qu'un tel tatouage pouvait provoquer des troubles publics.

Le parquet a alors requis une peine de dix mois d'emprisonnement contre le porteur du tatouage, un membre du NPD qui siège au conseil municipal de l'arrondissement de Barnim dans la région du Brandenbourg et qui avait déjà été condamné dans le passé pour voie de faits. 

Mais le verdict s'est révélé être bien plus clément. L'homme, qui a avoué devant la cour que son tatouage était bel et bien visible au public a été condamné à six mois de prison avec sursis pour exhibition d'images à caractère nazies. 

Lire aussi : La montée du néonazisme en Allemagne : un complot contre des réfugiés déjoué en Bavière

En effet, lorsqu'ils restent dissimulés sous des habits, les tatouages de ce genre ne sont pas punissables par la loi allemande. Dans le cas de cet homme, le jugement a été rendu de façon accelérée car dans les procédés de ce type il n'y a aucune accusation écrite et la peine maximale se situe à un an maximum.

En septembre dernier, 21 réfugiés arrivés en Europe étaient logés sur le site de l’ancien camp de concentration nazi de Buchenwald, à l’endroit même où des milliers de personnes ont été exterminées lors de Seconde guerre mondiale.

Christian Hanke, maire du quartier berlinois de Mitte avait à l'époque confié au journal britannique Daily Mail «C’est une solution d’urgence, mais c’est inévitable. Il y a beaucoup de place dans les hangars».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»