L’Irak s’adresse au Conseil de sécurité de l’ONU pour demander le retrait des troupes turques

Des soldats turcs Source: Reuters
Des soldats turcs

L’Irak a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à adopter une résolution prévoyant le retrait des soldats turcs de son territoire, une «invasion autorisée» aux yeux des Irakiens. Ankara a répondu en accusant l’Irak de saboter la lutte contre Daesh.

Le Conseil de sécurité a reçu vendredi la demande de l’Irak. Lors de la rencontre, le ministre irakien des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari, a demandé aux 15 membres du Conseil d’adopter une résolution qui exigerait le retrait des troupes turques de son territoire.

«L’Irak n’a économisé aucun effort pour épuiser toutes les voies diplomatiques et négociations bilatérales avec la Turquie afin de faire retirer ces forces dont la présence n’a pas été autorisé par l’Irak», a expliqué le ministre Jaafari.
Selon lui, la résolution doit comporter deux points essentiels.

«Le premier doit condamner cette occupation illégale et l’invasion de la Turquie», qui a violé la souveraineté irakienne ainsi que la Charte de l’ONU et le droit international. Dans le même temps, «le deuxième point doit obliger la Turquie à retirer immédiatement ses troupes et garantir que toutes les mesures appropriées soient prises afin de reconnaitre la frontière entre les deux pays», a précisé le diplomate.
Pour le ministre irakien, la plainte adressée au Conseil de sécurité de l’ONU était son dernier recours.

Les tensions entre les deux pays se sont brusquement accentuées quand la Turquie a déployé le 4 décembre dernier près de 150 soldats appuyés par de l’artillerie et 25 chars dans une base située près de la province irakienne de Ninive, sans même demander la permission du pays.

La Turquie accuse l’Irak à son tour

La Turquie a en réponse affirmé que les soldats envoyés avaient pour but de former des combattants kurdes Peshmerga qui luttent contre les terroristes. Au contraire des Kurdes syriens, qu’ils considèrent comme leurs adversaires, les Turcs entretiennent des liens étroits avec les zones autonomes kurdes du nord de l’Irak.

Cependant, les autorités irakiennes considèrent cette initiative de violation flagrante de la souveraineté du pays et ont à plusieurs reprises appelé Ankara au retrait de ses troupes.

Lors de la réunion du Conseil de sécurité, l'ambassadeur de Turquie à l'ONU, Halit Cevik a réitéré la position du pays indiquant que les troupes étaient envoyées en Irak pour des fins de protection, en raison des menaces croissantes pour la sécurité. M. Cevik a argumenté que les soldats sur le terrain étaient à même de cibler les combattants de Daesh.

«Dès le début nous avons essayé de résoudre cette question via des canaux diplomatiques. Parce que porter cette question à diverses plateformes internationales ne servirait à rien d’autre que de saboter la solidarité de la communauté internationale face à Daesh», a fait savoir l’ambassadeur turc.

Le président américain Barack Obama a entretemps téléphoné à son homologue turc vendredi pour tenter de désamorcer la situation, selon la Maison Blanche. Lors d’un entretien téléphonique, Obama a «appelé le président Erdogan à prendre des mesures supplémentaires pour désamorcer les tensions avec l’Irak, y compris en continuant à retirer ses forces militaires de Turquie».

Dans le même temps, le président américain a «renforcé la nécessité pour la Turquie de respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Irak».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales