Brésil : Dilma Rousseff sauvée in extremis d'une procédure de destitution

© Reuters Source: Reuters

Mardi soir, un juge de la plus haute juridiction brésilienne a décidé de susprendre temporairement la procédure qui pourrait aboutir à la destitution de la présidente Dilma Rousseff.

Instant de répit inespéré pour la présidente brésilienne qui faisait l'objet d'une demande de destitution initiée le 2 décembre dernier par des députés de droite et des dissidents de la majorité présidentielle. Le Tribunal suprême fédéral de justice brésilien (STF) a décidé, hier, la suspension de la Commission spéciale de l'Assemblée chargée d'examiner cette procédure à la demande du PCdoB (parti communiste), allié du camp présidentiel. Des irrégularités au moment de la demande de destitution auraient été observées quelques heures plus tôt.

De son côté, Dilma Roussef a décidé de passer à l'offensive. Devant un public acquis à sa cause, elle a profité de la récente tenue de la conférence nationale sur la santé, pour faire part son intention «de se battre contre cette demande» rappelant qu'elle n'avait «rien fait qui justifie cette procédure».

Une nouvelle qui a provoqué l'indignation des députés de l'opposition qui avaient remporté une première victoire en raflant la majorité des sièges au sein de cette commission. Celle-ci reste suspendue jusqu'au mardi 16 décembre, le temps pour les onze juges du STF, les gardiens de la Consitution, de se prononcer sur la validité de l'élection de la Commission spéciale.

Au plus bas dans les sondages, Dilma Roussef est notamment accusée par ses adversaires politiques de corruption et de blanchiment d'argent dans l'affaire Petrobras. Son fidèle soutien, Delcidio do Amaral, chef du groupe sénatorial du Parti des travailleurs au pouvoir, a été placé en détention provisoire par le parquet à la suite d'une enquête chargée de faire la lumière sur ce scandale qui secoue le pays depuis le début de l'année 2015.

Lire aussi : Brésil : dans la tourmente, Dilma Rousseff lâchée par un de ses ministres

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales