Un centre commercial suédois ne veut pas de hidjab sur la tête des femmes, même pas sur ses murs

© RT France

Le centre commercial Burlövs, à Malmö en Suède, a demandé à deux groupes de jeunes peintres de changer l’apparence d’une femme portant un hidjab sur une fresque murale censée représenter la diversité, sous prétexte qu’il s’agit d’un endroit laïque.

«Nous avons reçu des messages de la part de nos client qui ne voulaient pas avoir de terroristes sur les murs», ont expliqué les exploitants du centre commercial pour justifier leur requête. Pourtant, les auteurs de cette fresque, UNITY Burlov et Ungdomsgruppen Burlov, qui voulaient représenter la diversité de la population vivant dans leur ville, se sont déclarés choqués et même «frustrés».

«Nous étions vraiment frustrés parce qu’on y a tellement travaillé, on y a mis tellement de nous-mêmes. Nous voulions montrer les gens qui habitent dans cette ville où beaucoup des filles portent un hijab. Et nous voudrions que tout le monde se sente bienvenu», a déclaré Tadic, l’un des peintres, à RT.

«On voulait promouvoir la solidarité et la cohésion, ces jeunes gens voulaient souligner que chacun avait sa place ici», a précisé une Magnus Heberlein, qui travaille pour un groupe antiraciste local.

Face à l’ampleur de la polémique, le centre commercial a été contraint de présenter ses excuses pour cet incident. «Nous nous excusons d’avoir pu laisser croire qu’une fresque de femme en hidjab était un symbole religieux et qu’elle a été modifiée en conséquence», a fait savoir le propriétaire du centre commercial, le fonds d’investissement Grosvernor, ajoutant qu’il était malheureux que «le portrait ait été modifié et qu’ils accordaient une grande importance à accueillir tous les citoyens, indépendamment de leur religion, de leur race ou de leur sexe».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales