Les combattants kurdes sont formels, des soldats américains combattent Daesh à leurs côtés

Des peshmergas à l'entraînement© STRINGER Iraq Source: Reuters
Des peshmergas à l'entraînement

Les combattants kurdes prétendent que les forces spéciales américaines ont lutté pendant des mois contre l'Etat Islamique. S'ils ne nient pas entraîner les Kurdes, les Etats-Unis démentent tout engagement direct contre les forces de Daesh.

En effet, les Etats-Unis s'en tiennent à leur position officielle selon laquelle les 300 conseillers militaires au sol ne combattent pas directement l'organisation terroriste.

La preuve par l'image

Des vidéos filmées par les portables des peshmergas [combattants kurdes] montrent des Occidentaux en train de se battre contre les djihadistes de Daesh. Les combattants kurdes en sont certains, ces combattants sont des Américains. Ces images seraient donc la preuve, selon eux, que les forces spéciales américaines sont engagées dans une guerre secrète sur la ligne de front en Irak depuis des mois. 

Les forces spéciales américaines sont arrivées à Kirkouk afin de former, conseiller et soutenir les peshmergas. Selon les Kurdes, une cellule opérationnelle aurait été mise en place par les Américains. Des tireurs d'élite américains seraient même venus donner un coup de main aux combattants kurdes. Des échanges de tirs auraient ainsi eu lieu envers des membres de Daesh.

Barack Obama avait pourtant précisé, à plusieurs reprises, qu'il ne renverrait pas de troupes américaines au sol en Irak. En juin 2014, il avait néanmoins annoncé le redéploiement de 300 conseillers militaires avec un engagement précis: «Les troupes de combat américaines ne combattront pas en Irak à nouveau». La doctrine «no boots on the ground» amuse d'ailleurs beaucoup les combattants kurdes qui ne manquent pas de souligner que cette doctrine enoncée par Barack Obama est respectée puisque les combattants Américains portent quasiment tous...des baskets

Si les peshmergas refusent de rendre ces vidéos publiques, de peur d'être renvoyés, ils ont toutefois permis au journal britannique The Guardian de les visionner. Cette activité militaire américaine sur le terrain est de nature à surprendre les analystes qui résument la stratégie américaine aux seules frappes aériennes.

En savoir plus: Hillary Clinton veut mettre le paquet sur la Syrie

Les dénégations américaines

Pourtant, le Commandement central américain situé Bagdad a nié toutes ces allégations des peshmergas: «Aucun membre des forces spéciales n'a été engagé dans les événements que vous avez énumérés», tout en précisant que la coalition continuait d'appuyer ses partenaires locaux avec des conseils militaires. 

En effet, environ 3 500 soldats américains sont actuellement stationnés en Irak. Beaucoup travaillent dans un centre d'opérations à Irbil dont le but est d'identifier et de localiser les hauts dirigeants de Daesh.

L'armée américaine nie toute implication des forces spéciales dans les combats mentionnés par les peshmergas. Pourtant, une dizaine de combattants kurdes ont réitéré leurs affirmations selon lesquelles les troupes spéciales américaines ont participé à des opérations contre Daesh pendant des mois.

En savoir plus: Hollande ordonne l'«intensification» des frappes contre l'EI en Syrie mais aussi en Irak

Mais pour certains analystes, les événements de Paris pourraient changer l'engagement officiel de ces «conseillers» américains qui pourraient changer la nature de leur engagement. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales