Australie, pas de pot de Nutella gravé au prénom d'Isis

Nutella© Dado Ruvic Source: Reuters
Nutella

Il ne fait pas bon s'appeler Isis surtout depuis la médiatisation de Daesh, connu en anglais sous l'acronyme d'ISIS. Ainsi, une australienne de 5 ans prénommée Isis s'est vu refusée la personnalisation de son bocal de Nutella.

La célèbre marque de pâte à tartiner vient de refuser de personnaliser l'un de ses pots au nom de sa fille, Isis. Ce prénom est désormais associé au groupe terroriste Daesh, dont l'acronyme anglais est justement ISIS soit Islamic State in Irak and Syria.

La mère de la petite Isis, qui vit en Australie avait pourtant prénommée sa fille d'après la déesse égyptienne, connue dans la mythologie pour être une mère idéale et l'épouse du dieu Osiris. Mais la mère de famille a expliqué à la presse australienne qu'elle en était arrivée  à ne plus appeler publiquement sa fille par son prénom.

Nutella a confirmé son idée quand la société a tout simplement refusé à la tante de la petite Isis de personnaliser un pot de son produit phare. La marque Nutella avait en effet décidé de lancer une campagne de personnalisation de ses pots et la tante d'Isis avait pensé faire une surprise à sa nièce.

Il a été répondu qu'on ne pouvait graver ce prénom sur le pot en raison de l'association du nom Isis avec le groupe Etat islamique. Nutella se justifie en expliquant avoir préalablement établi un protocole avec une liste des noms acceptables.

Au-delà de cette controverse avec Nutella, c'est aussi une question de sémantique qui se pose. Comment appeler l'organisation terroriste qui se fait appeler Etat islamique? La semaine dernière, le député conservateur britannique Rehman Chishti a écrit au Premier ministre David Cameron, appelant le gouvernement à commencer à utiliser le nom Daesh pour désigner le groupe. En Juin dernier, David Cameron lui-même avait demandé à la BBC d'arrêter de dire «Etat islamique». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales