Les enfants d’immigrés en France et en Belgique sont mal intégrés

Jeune garçon avec son sac d'école dans un centre pour réfugiés Source: Reuters
Jeune garçon avec son sac d'école dans un centre pour réfugiés

Selon un nouveau document de l’OCDE, les immigrés de deuxième génération vivant en France ou en Belgique sont les plus marginalisés au monde, confirmant la faillite de l’intégration dans ces deux pays, bien avant les attaques terroristes de Paris.

Cette étude extensive menée par le think-tank de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a indiqué que parmi les enfant nés dans le pays d’accueil de leurs parents, seulement deux sur cinq disent se sentir bien dans leur peau à l’école en France (43,1%), et trois enfants sur cinq en Belgique (59.8%).

En outre, le sentiment d’appartenance est le plus bas en France parmi les enfants des migrants de deuxième génération, où seuls 39,5% d’entre eux se sentent intégrés.

Cette information apparait alors que des voix s’élèvent pour pointer du doigt la faillite du système d’intégration de la jeunesse musulmane et les tensions latentes dans les banlieues. Ces manquements ont fait de ces deux pays européens un terrain fertile pour le recrutement de Daesh, plus que dans d’autres pays occidentaux.

Andreas Schleicher, responsable de la Direction de l'éducation et des compétences de l’OCDE, basé à Paris, a expliqué dans une interview à RT que «le système en France et En Belgique est aveugle face à la diversité. Chaque étudiant est traité de la même manière, laissant sur la touche ceux qui sont différents».

Ainsi, les enfants d’immigrés sont affectés, mais aussi les enfants d’origine socialement défavorisée, ce qui va à l’encontre au système du Canada par exemple, où le programme scolaire reflète l’origine des élèves.

Fait notable, moins de la moitié des enfants français non-issus de l’immigration (48,5%) se sentent intégrés, à leur place dans la société. Cela prouve que ce sentiment, n’étant pas partagé uniquement par les enfants d’immigrés, représente un mal plus profond.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales