Soupçonné d'espionnage au profit d'Israël, un employé de l'ONU au Liban mis en garde à vue

Véhicule de la FINUL en patrouille au Liban © Haidar Hawila Source: Reuters
Véhicule de la FINUL en patrouille au Liban

Un des membres libanais de la mission de l’ONU au Liban est actuellement en garde à vue, étant suspecté d’espionnage pour le compte d’Israël.

La FINUL a déclaré dans un communiqué publié mercredi qu’après avoir consulté les informations données par les autorités libanaises, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon a conclu que les accusations contre le membre de l’équipe ne semblaient pas liées à sa fonction officielle, son immunité ne pouvant lui être donc appliquée.

Mardi, un procureur militaire a inculpé 3 personnes pour conspiration avec Israël. Ils «ont avoué (...) avoir rassemblé des informations sur des personnalités et des objectifs sécuritaires et militaires» et avoir «filmé des routes et des lieux sensibles dans le sud» du Liban pour les envoyer à leurs commanditaires, avait indiqué les autorités libanaises dans un communiqué.

Selon la chaine du Hezbollah, al-Manar, ces trois personnes ont agi à Saïda, au Liban-Sud, et aux alentours de la ville. Ils étaient notamment chargés d'espionner le cheikh Maher Hammoud, imam sunnite de la mosquée al-Qods à Saida et proche du Hezbollah, selon al-Manar.

L’employé des Nations Unies est la quatrième personne qui fait l’objet d’une enquête, mais n’a pas encore été inculpé.



Le Liban et Israël restent techniquement toujours en état de guerre, et plus de 100 personnes au Liban ont été arrêtées depuis 2009 pour suspicion de collaboration avec l’Etat juif.

Lire aussi : Rapport espagnol : des roquettes israéliennes auraient visé les soldats de la paix de l'ONU au Liban

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales