Jérôme Lambert, député depuis 25 ans, bénéficie d'un logement social à Paris

Le député français Jérôme Lambert à l'Assemblée nationale à Paris, le 28 novembre 2017 (image d'illustration).© JACQUES DEMARTHON
Le député français Jérôme Lambert à l'Assemblée nationale à Paris, le 28 novembre 2017 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Malgré un revenu mensuel brut dépassant les 7 000 €, Jérôme Lambert bénéficie depuis deux décennies d'un logement financé par le Prêt locatif intermédiaire, destiné aux personnes dont les revenus sont trop faibles pour se loger dans le parc privé.

Député de Charente depuis près de 25 ans, Jérôme Lambert, qui appartient au groupe socialistes et apparentés (SOC) dans le cadre de sa mandature actuelle, fait l'objet de révélations parues le 19 mai sur Mediapart, au sujet du logement qu'il occupe depuis de nombreuses années dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

S’il avait déclaré sa situation après 2001, on lui aurait immédiatement demandé de quitter ce logement car il dépasse les plafonds

Le média d'investigation a en effet découvert que, malgré un revenu mensuel brut dépassant les 7 000 euros, il bénéficiait d'un appartement de 95 m2 appartenant au parc financé par le Prêt locatif intermédiaire (PLI). Pour rappel, les logements de ce parc sont destinés aux personnes dont les revenus sont trop élevés pour pouvoir être éligible à un logement HLM, mais trop faibles pour se loger dans le parc privé.

Qu'à cela ne tienne, selon les révélations de Mediapart donc, Jérôme Lambert s'acquitte d'un loyer mensuel de 971 euros par mois, hors charges, pour le logement en question, alors qu'il est par ailleurs propriétaire d'une maison dans sa circonscription. 

«Ce logement avait été attribué à sa compagne en 1997 et lorsqu’il s’est déclaré co-occupant, il n’a pas signalé ses revenus. [...] S’il avait déclaré sa situation après 2001, on lui aurait immédiatement demandé de quitter ce logement car il dépasse les plafonds. Et s’il postulait aujourd’hui, la commission d’attribution lui refuserait ce logement», a commenté un responsable du bailleur social concerné, Paris Habitat, ici cité par Mediapart.

La rémunération des députés est importante mais pas suffisante pour se loger au-delà de ce loyer-là

Joint par Mediapart, le député de Charente a confirmé qu'il vivait dans le cinq pièces en question. «Mon loyer a peu bougé depuis 30 ans et quand il va repartir dans le parc normal de la ville, le loyer mensuel va dépasser les 2 000 euros [...]. Moi, on me demanderait cette somme-là, tout député que je suis, je pourrais avoir du mal à la payer. Vous savez, le prix des loyers à Paris, c’est quand même quelque chose. La rémunération des députés est importante mais pas suffisante pour se loger au-delà de ce loyer-là, sauf à résider à l’Assemblée ou à l’hôtel», a confié l'élu charentais, qui explique avoir prévu de quitter ce logement «fin juin». 

Ainsi que l'a rapporté l'AFP le 20 mai, Paris Habitat demande désormais au député de rendre le logement. «Informé de la situation du député Jérôme Lambert, Paris Habitat a demandé aussitôt à celui-ci de restituer son logement», a en effet écrit Eric Pliez, président du bailleur social et maire du 20e arrondissement de Paris.

«Le logement social doit être réservé à celles et ceux qui en ont réellement besoin. Nous y veillerons à Paris Habitat avec un renfort des contrôles», a-t-il poursuivi.

A l'approche des législatives, Jérôme Lambert a été écarté des 70 candidats PS investis par la Nouvelle union populaire, écologique et sociale (Nupes) alliance des Insoumis, socialistes, écologistes et communistes. Selon le magazine Têtu, seraient notamment en cause sa position hostile au mariage pour tous auquel il s'est opposé en 2013, son soutien à la Manif pour tous et ainsi que son opposition à «la PMA pour toutes».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix