Le porte-parole du Droit au logement interpellé pour «rébellion», indignation à gauche

Le porte-parole du Droit au logement interpellé pour «rébellion», indignation à gauche© JOEL SAGET Source: AFP
images
Jean-Baptiste Eyraud en 2017 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le Droit au logement a dénoncé l'interpellation «musclée» Jean-Baptiste Eyraud et son placement en garde à vue pour «rébellion» en marge d'une manifestation. Cette arrestation a soulevé l'indignation de personnalités politiques de gauche.

L'association Droit au logement (DAL) a dénoncé dans un tweet et un communiqué l'arrestation «musclée» de son porte parole le 12 avril en marge d'une manifestation de soutien aux familles «Oubliées du DALO» organisée à Paris. 

«Alors qu’elles [les familles] rejoignaient la chaussée comme prévu dans la déclaration de manifestation déposée en Préfecture, les forces de l’ordre sont intervenues brutalement. Elles ont violemment plaqué au sol Jean-Baptiste Eyraud, tout en gazant les familles qui ont ensuite été nassées plus d’une heure», relate l'organisation. Une photo du militant plaqué au sol par des policiers a aussi été diffusée. 

«Le porte parole du DAL a été emmené au commissariat d’Invalides où on lui a signifié sa garde à vue pour "rébellion"», explique encore le DAL. Plus tard dans la soirée, l'organisation a annoncé que son porte-parole avait été libéré. 

La préfecture de police a expliqué de son côté à l'AFP que les manifestants avaient «envahi la chaussée du boulevard Saint-Germain», ce qui était «dangereux» au regard de la circulation sur ce grand axe de la capitale. Les forces de l'ordre ont alors tenté de repousser les manifestants, en vain, a-t-elle ajouté.

Emmanuelle Wargon propose un rendez-vous

Plusieurs personnalités, dont les anciennes ministres du logement Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse ont apporté leur soutien à Jean-Baptiste Eyraud. 

«Rien ne justifie une telle violence contre les militants du Droit au logement et Jean-Baptiste Eyraud, qui depuis 30 ans, sans violence, défend la cause des mal logés», a écrit Emmanuelle Cosse sur Twitter.

«Mais enfin ! C'est dingue cette histoire», a écrit pour sa part Cécile Duflot qui s'est dit «outrée de voir cela». 

Le lendemain, l'actuelle ministre du logement Emmanuelle Wargon a assuré sur Twitter qu'elle avait «des échanges réguliers» avec le DAL et qu'elle avait «pris contact avec [Jean-Baptiste Eyraud] ce matin» pour un rendez-vous. 

Le député de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel, qui affirme être allé chercher le militant au «commissariat de Paris», s'est félicité qu'il ait été libéré «rapidement d’une [garde à vue] délirante». 

«Est ce vraiment comme cela qu'on combat l'extrême-droite ?», a déclaré pour sa part le député du Val d'Oise des Nouveaux démocrates Aurélien Taché.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix