Les Républicains veulent «provisoirement» rétablir des contrôles aux frontières

© Eric Gaillard Source: Reuters

A l'instar de l'Allemagne ou de l'Autriche, le parti de Nicolas Sarkozy demande au gouvernement de restaurer dans l'urgence une frontière entre la France et l'Italie afin de canaliser le flux de migrants arrivant par le sud.

«La France doit prendre l'initiative de rétablir provisoirement à la frontière franco-italienne des contrôles (...) compte tenu de l'afflux en provenance du Sud», a déclaré ce lundi 14 septembre Guillaume Larrivé chargé de l'immigration au sein de LR, et de préciser «sous la forme de patrouilles mobiles de la police aux frontières».

Plusieurs autres pays européens viennent de faire ce même choix dans les dernières heures, il s'agit de la Slovaquie, de l'Autriche et de l'Allemagne. La volte-face de Berlin, qui après avoir facilité l'arrivée de trains de migrants venus de Hongrie ferme ses frontières, apparaît justement pour Les Républicains comme «la validation de la nécessité de tout refonder».

«Il faut s'engager urgemment dans une vraie refondation de Schengen. En 2011, le président Sarkozy avait appelé à des évolutions et à ce qu'il puisse être possible de rétablir un contrôle aux frontières en cas de crise migratoire», a insisté Guillaume Larrivé lors du point-presse que tenait le parti. «On refuse la fausse générosité de ceux qui prétendent accueillir tout le monde, et on refuse la vraie brutalité des extrémistes qui n'entendent pas les appels au secours qui nous sont envoyés par un certain nombre de personnes persécutées», a-t-il ajouté. 

Par ailleurs, la Pologne s'est dit prête par la voix de sa Première ministre à rétablir également «sans délai» des mesures de contrôle à ses frontières en cas de danger pour sa sécurité.

Pour aller plus loin : Vintimille, la France barre l’entrée de l’Europe sans frontières aux migrants

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales