Strasbourg : un «gilet jaune» condamné à quatre mois de prison ferme

Strasbourg : un «gilet jaune» condamné à quatre mois de prison ferme© REUTERS/Stephane Mahe
Un "gilet jaune" participe au blocage d'une route à Donges (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Deux jours après le début de la mobilisation des «gilets jaunes», un manifestant a été condamné à quatre mois de prison, sans mise en détention, pour mise en danger de la vie d'autrui et entrave à la circulation.

Yannick Krommenacker, un soudeur de 32 ans qui participait à la mobilisation des «gilets jaunes» a été condamné le 19 novembre à quatre mois de prison ferme, sans maintien en détention, pour avoir formé une chaîne humaine sur l'autoroute A35 à Strasbourg et traversé le terre-plein central avec quatre autres manifestants, le 17 novembre.

La condamnation a été prononcée pour mise en danger de la vie d'autrui et entrave à la circulation, selon l'AFP. Le manifestant, qui avait 12 condamnations inscrites sur son casier judiciaire, dont la moitié pour des faits de violence, a été jugé en comparution immédiate.

Le parquet de Strasbourg avait requis six mois de prison ferme avec maintien en détention contre ce père de deux enfants. Le maintien en détention n'a en revanche pas été ordonné par le tribunal.

Habitué des coups d'éclat médiatique, ce Strasbourgeois est suivi par 17 000 personnes sur sa page Facebook. Il s'était notamment fait arrêter en juillet, déguisé en mouton au-dessus de l'A35, un panneau 80 km/h à la main.

Les quatre autres «gilets jaunes» impliqués dans l'incident, qui n'avaient pas d’antécédents judiciaires, sont convoqués en février devant le tribunal correctionnel.

«On a le droit de manifester, d’être en colère et de trouver qu’on paie trop d’impôts», a affirmé le substitut du procureur, Vincent Tridon, ajoutant que la «violence» devait être sanctionnée.

Une volonté de «faire exemple» ?

L'avocat du prévenu, Najib Smaïli, a contesté pour sa part la procédure de comparution immédiate, y voyant une volonté de «faire un exemple».

Selon lui, le message du ministère public est le suivant : «Les gilets jaunes ça suffit, et si vous continuez vos manifestations, vous vous retrouverez devant le tribunal très rapidement et serez punis très sévèrement.»

Auteur: RT France

Lire aussi : «Gilets jaunes» : troisième journée de mobilisation, blocages près d'axes stratégiques

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix