Un député français en Crimée achète un t-shirt «Obama, t’es nul»

Le t-shirt «Obama, t’es nul»© tovar2.ru
Le t-shirt «Obama, t’es nul»

Yves Pozzo di Borgo, sénateur de Paris et représentant du Parlement français au Conseil de l'Europe, actuellement en visite en Crimée, s’est acheté un t-shirt avec les portraits de Poutine et Obama, avec une inscription «Obama, t’es nul».

Le sénateur, qui fait partie du groupe de dix parlementaires français en visite dans la péninsule en Crimée, se promenait sur le quai quand il a été interpellé par un t-shirt bien particulier dans une petite échoppe. Selon la chaîne LifeNews, Yves Pozzo di Borgo, qui est en plus vice-président de l’association Dialogue Franco-Russe, a tout de suite attrapé le t-shirt et l’a même essayé.

Le groupe de membres de l’Assemblée nationale et du Sénat est arrivé jeudi à Moscou, pour se diriger ensuite en Crimée, rattachée à la Russie suite à un référendum populaire en 2014. Entamée sur fond de fortes critiques du côté de gouvernement français, elle a permis aux législateurs de comprendre la réalité criméenne sur le terrain, qui n’est pas conforme au discours médiatique ou politique en Europe, a noté Yves Pozzo di Borgo.

«Je suis très heureux d’être venu ici, parce que en vous écoutant [les habitants de la Crimée], je comprends la position qui n’est reflétée nulle part -  ni dans aucun média européen, ni dans aucun parlement national de l’Europe, ni dans le Parlement européen, le Conseil européen ou l’OSCE», a raconté le sénateur.

En savoir plus : Thierry Mariani : «Au moment où on lève le blocus à Cuba, on accepte un autre blocus en Europe»

Jeudi, les membres de la délégation française ont pu rencontrer les dirigeants de la république de Crimée, qu’ils ont félicité pour avoir organisé le référendum, qui a permis d’éviter des «milliers de morts», selon le chef de la délégation Thierry Mariani.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales