«Gouverner, c'est exceptionnel» : Valls fait-il encore du pied à LREM et Macron ?

«Gouverner, c'est exceptionnel» : Valls fait-il encore du pied à LREM et Macron ?
Manuel Valls et Emmanuel Macron le 14 juillet 2017, photo ©DOMINIQUE FAGET / AFP

Selon Le Monde, Manuel Valls ne cache pas sa passion pour l'exercice du pouvoir. Mais, à défaut de rejoindre les rangs de La République en marche, qui le tient à distance, l'ex-Premier ministre est bien revenu sous les projecteurs des médias.

On pouvait s'en douter mais Manuel Valls confirme : il aime le pouvoir. «Si vous me demandez : "avez-vous envie de retrouver ça ?" Oui, bien sûr ! Gouverner c'est exceptionnel !», a-t-il déclaré dans l'édition du Monde datée du 16 novembre 2017. Même si quotidien du soir le trouve «discret depuis son élection [en juin 2017]», depuis la parution le 1er novembre de la Une de Charlie Hebdo moquant Tariq Ramadan, puis de la suivante accusant Edwy Plenel d'avoir eu connaissance des agressions sexuelles présumées du prédicateur et islamologue, Manuel Valls est redevenu omniprésent sur la scène médiatique.

Et c'est d'ailleurs le même Monde qui lui consacre un article exhaustif dans ses colonnes ce 16 novembre. On y apprend ainsi que Manuel Valls ne se sent pas isolé. «Je ne suis pas tombé de la roue, je reste acteur», martèle ainsi l'ex-Premier ministre, qui a conservé de justesse son fauteuil de député aux législatives de 2017.

Il faut dire que rien ne semble décourager Manuel Valls, régulièrement renvoyé dans ses cordes par La République en marche (LREM), laquelle marque systématiquement ses distances avec un ex-Premier ministre visiblement encombrant. «En réalité, les macronistes aimeraient que ces débats soient portés par d’autres voix que celle de l’ancien ministre de l’intérieur», commentent ainsi les journalistes du Monde.

Le quotidien du soir relève également que l'entourage d'Emmanuel Macron dément «tout réchauffement» entre le président et l'ex-Premier ministre, ex-candidat malheureux à la primaire de la gauche face à Benoît Hamon (qu'il s'était engagé à soutenir), ex-socialiste, mais fervent aspirant à rejoindre les rangs de LREM.

Lire aussi : Manuel Valls s'enthousiasme pour le «grand mouvement» d'Alain Juppé qui tempère ses propos

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.