Faux rapt, double amant et porc mordant une policière : la rocambolesque histoire d'une militante FN

Faux rapt, double amant et porc mordant une policière : la rocambolesque histoire d'une militante FN© FRED TANNEAU Source: AFP
Un hélicoptère avait été déployé pour partir à la recherche de la jeune femme qui était dans les bras d'un de ses amants

50 gendarmes et un hélicoptère avaient été déployés pour retrouver la jeune femme, mariée, qui avait simulé son enlèvement afin de cacher à son premier amant qu'elle en voyait un second. Elle a été condamnée à six mois de prison avec sursis.

Sandy Gaillard, une jeune militante frontiste de 25 ans, ancienne candidate pour le canton de Langogne en 2015, a comparu le 9 novembre devant le tribunal de Mende (Lozère) pour son excès... d'imagination.

Le 22 juillet dernier, la jeune femme mariée avait contacté son amant par SMS, lui racontant qu'elle avait été enlevée et jetée dans le coffre d'une voiture. Affolé, ce dernier avait immédiatement appelé la gendarmerie, qui avait déployé un important dispositif – une cinquantaine d'hommes appuyés par un hélicoptère – pour partir à sa recherche.

Les militaires ont dans un premier temps suspecté le mari d'avoir commandité l'enlèvement et sont donc passés lui rendre visite. Militant Front national (FN) lui aussi, il a été mis hors de cause assez vite. Tout juste avait-il eu le temps d'ordonner à l'un de ses cochons de mordre l'un des gendarmes d'origine maghrébine à leur arrivée, selon Le Parisien.

Dès le 23 juillet, Sandy Gaillard est réapparue, non loin de chez elle, sans traumatisme apparent et en toute décontraction, expliquant aux gendarmes que ses ravisseurs avaient simplement décidé de la laisser partir. Intrigués par son attitude, les gendarmes ont alors décidé de poursuivre son audition. Ils n'ont pas mis longtemps à découvrir le fin mot de l'histoire. Après avoir livré un récit plein d'incohérences, Sandy Gaillard a fini par avouer qu'elle avait inventé cette histoire de toutes pièces pour cacher à son amant qu'elle voyait encore un autre homme.

Jugée pour «dénonciation mensongère», elle a été condamnée à six mois de prison avec sursis, à une mise à l'épreuve de deux ans, à une obligation de soins et à 5 000 euros d'amende.

Lire aussi : Des militants FN brûlent des voitures pour ensuite pointer du doigt un «climat d’insécurité»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.