«Team building» : les députés LREM se mettent à l'heure de l'entreprise et partent en séminaire

«Team building» : les députés LREM se mettent à l'heure de l'entreprise et partent en séminaire© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Pacôme Ruffin et Richard Ferrand à l'assemblée nationale

S'inspirant des méthodes des grandes entreprises, les députés de La République en Marche vont passer deux jours en séminaire pour renforcer leur cohésion de groupe. Mais aussi pour éviter d'accumuler les couacs à l'avenir.

Le monde de l'entreprise est une source d'inspiration sans fin pour Emmanuel Macron et va jusqu'à s'immiscer dans sa gestion du parti présidentiel. Dans son édition du 17 septembre, le JDD rapporte en effet que les 314 députés de la majorité sont conviés à un séminaire aux Docks d’Aubervilliers les 18 et 19 septembre, dans le but de renforcer leur cohésion de groupe.

«On assume totalement le côté "team building", il faut des moments de cohésion», explique avec entrain Hervé Berville, député des Côtes d'Armor et porte-parole du groupe. Sous la houlette d'un directeur de communication et de spécialistes du management, les élus vont consacrer le premier jour de cette rencontre au coworking, avec un alléchant programme et des activités aux intitulés qui laissent rêveur («Se rencontrer et commencer à construire une aspiration de groupe»; «Nous et notre écosystème»), pour mieux comprendre comment naviguer dans les arcanes du pouvoir. On note aussi la session «Mon rôle et mon ambition de député LREM», pour ceux qui auraient perdu le sens de leur engagement politique en cours de route.

Autant d'activités qui viseront à souder un groupe de députés pour beaucoup néophytes, qui ne se connaissent pas, et dont les désaccords ont parfois éclaté au grand jour. Pensant son micro coupé, la présidente de la commission des Lois de l'Assemblée Yaël Braun-Pivet avait par exemple, en juillet dernier, vertement critiqué l'attitude de ses collègues sur le projet de loi de moralisation de la vie publique, évoquant un groupe «vautré» et «qui dort».

«Comment être meilleur sur un dépôt d'amendement»

Au delà de l'esprit d'équipe, ce séminaire a surtout pour but de limiter les nombreux couacs qui émaillent le parcours des parlementaires LREM depuis leur prise de fonction. Divisés en petits groupes, les élus réviseront donc la technique parlementaire avec des ateliers du type «Comment être meilleur sur un dépôt d'amendement».

«En juillet, beaucoup s'étaient demandés pendant un mois à quoi ils servaient. Il faut qu'on soit beaucoup plus clairs sur la procédure parlementaire», concède un député. Mais Hervé Berville tient à rassurer ses élus, ces deux jours de séminaires n'ont rien d'une punition. «On est perfectible, comme toute organisation. Mais ce séminaire n'est en aucun cas un recadrage, plutôt une montée en puissance», assure-t-il.

Depuis leur élection le 18 juin, les députés LREM ont en effet du mal à prendre leurs marques dans l'hémicycle. Signe de leurs balbutiements, le 25 juillet, la présidente de séance a été contrainte de faire voter deux fois un article de la loi sur la moralisation de la vie publique. A son premier appel, seul un petit nombre de députés avaient levé la main. Elle a donc dû procéder à un second vote dans la foulée, en prenant le soin de rappeler aux députés de son groupe que le gouvernement était favorable à l'adoption de cet article... Une mésaventure qui s'est répétée le 28 juillet, quand les députés de la majorité, en accord avec ce texte, n'ont pas été assez nombreux à se prononcer pour, suscitant l'irritation du président de séance.

Cette accumulation d'erreurs avait poussé Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, a promettre que les députés passeraient l'été à réviser et seraient «opérationnels à la rentrée». Les voilà donc en séminaire de rattrapage ?

Lire aussi : Les députés LREM oublient de voter pour un article : la présidente de séance les rappelle à l'ordre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.