Mobilisation des taxis contre UberPop : l'Etat appelle au calme

Mobilisation des taxis contre UberPop : l'Etat appelle au calme© Jean-Paul Pelissier Source: Reuters
Une manifestation contre Uber à Marseille
Suivez RT France surTelegram

Les chauffeurs de taxis ont entamé une grève en France. A Paris, ils ont bloqué les gares et les aéroports d'Orly et de Roissy Charles-de-Gaulle. Ils souhaitent ainsi protester contre le service en ligne UberPop.

2800 chauffeurs de taxi manifestent actuellement dans toute la France.

Les syndicats de taxis ont été invités à Matignon dans l'après-midi, mais ont refusé de s’y rendre. «Vu que le Premier ministre n'est pas là pour nous recevoir, l'intersyndicale a décidé à l'unanimité de pas y aller», a déclaré Karim Asnoun, le secrétaire général de la CGT Taxis. Manuel Valls est en déplacement en Colombie pour l’instant.

En attendant, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a pris des actions décisives. Il a saisi le procureur de la République de Paris contre Uberpop, dénonçant un «délit d'organisation d'activités illicites de transports de personnes». «J’ai décidé, au titre de l’article 40 du code de procédure, de déposer une plainte », a déclaré Bernard Cazeneuve à des journalistes à Marseille. Ce délit est passible de «deux ans d’emprisonnement et de 300.000 euros d’amende», a-t-il ajouté.

A Paris, ils ont bloqué le périphérique ainsi que l’accès à deux aéroports parisiens, Orly et Roissy Charles-de-Gaulle (le deuxième le plus grand en Europe), et aux gares. Cela a provoqué d'importants embouteillages dans la capitale parisienne.

Des passagers se rendant à l'aéroport sont forcés de parcourir à pieds plusieurs centaines de mètres en portant leurs valises pour accéder aux terminaux d'embarquement.

Deux hommes ont été interpellés à Paris et à Roissy : l’un d’entre eux est accusé d'avoir jeté des projectiles sur les forces de l'ordre, blessant un CRS à Paris, tandis que l’autre, un chauffeur de VTC, a blessé légèrement un chauffeur de taxi. La société Aéroports de Paris (ADP) conseille aux passagers de prendre les transports en commun. Les autorités de la capitale française appellent les parisiens à faire de même.

Les chauffeurs de taxi ont annoncé «une grève nationale illimitée» en exigeant que le gouvernement interdise l’application UberPop qui constitue pour eux une «concurrence déloyale» et qu'ils qualifient de «travail au noir». La conduite d'un taxi à Paris nécessite une licence qui peut coûter plus de 100 000 euros. Les chauffeurs UberPop, eux, en sont totalement exemptés, ce qui est une violation de la loi française.

Et la chanteuse américaine Courtney Love étant en séjour à Paris s’est retrouvée piégée dans une voiture Uber. Elle a tweeté ses émotions  sans attendre :«Ils ont pris notre voiture en embuscade et retiennent notre chauffeur en otage. Ils frappent les voitures avec des barres de fer. C'est ça la France ? Je me sens plus en sécurité à Bagdad».

Les chauffeurs du service Uberpop et même leurs clients sont souvent attaqués. Il y a eu plusieurs cas d’agression en France. Par exemple, il y a quelques jours, un jeune homme a été violemment tabassé à Lyon par un chauffeur de taxi, parce qu'il avait appelé un chauffeur Uberpop. 

Le gouvernement français affirme hausser le ton pour lutter contre l’application UberPop. «La force doit rester à la loi. Rien ne justifie les actes de violence. Dans un Etat de droit, nul ne peut se faire justice soi-même», a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Le fait plus surprenant : le ministre a demandé au préfet de police de Paris «de prendre un arrêté interdisant l'activité d'UberPop». «J'appelle tous ceux qui sont dans l'action à n'engager aucune violence», a-t-il également déclaré. Cela n’a pourtant pas empêché les chauffeurs de taxi d’organiser une grève nationale dans tout le pays.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix