Malaise sur le plateau : Arnaud Montebourg est-il un «sexiste ordinaire» ?

Malaise sur le plateau : Arnaud Montebourg est-il un «sexiste ordinaire» ? Source: www.globallookpress.com
Arnaud Montebourg au salon du Made in France en novembre 2016

Interrogé par plusieurs journalistes sur France Info, l'homme à la marinière s'est littéralement décomposé après avoir omis de compter la présence d'un journaliste de sexe féminin. Une bourde monumentale qui a fait le tour du web.

Une scène d'anthologie a été relevée par le média Brut dans une vidéo intitulée «Arnaud Montebourg aurait-il un problème avec les femmes ?» qui compile plusieurs sorties de l’ancien ministre.

Invité sur France Info, et visiblement énervé que ses inter­vie­weurs lui coupent la parole, on peut voir le candidat à la primaire de la gauche s'emporter : «Si vous me le permettez, vous êtes trois, je suis seul, laissez-moi une chance...» Il est alors immédiatement interrompu par un Jean-Michel Apathie gêné qui lui rappelle le nombre de journalistes présents sur le plateau : «quatre». L'ancien ministre avait tout simplement oublié la présence de Fabienne Sintes... qui est pourtant aux commandes de la matinale de France Info. 

Malgré son expérience d'avocat et d'homme politique, l'ancien député Arnaud Montebourg a échoué à ne pas laisser paraître sa stupeur. Devant la journaliste, consternée mais souriante, l'ancien ministre du redressement productif n'a pu que bafouiller : «Euh, quatre, pardon, puisque madame, euh… est présente… Non mais… je… Pourquoi seriez-vous d’ailleurs exceptée ? Pas du tout.»

Le malaise, perceptible, a suscité l'ironie et la colère des internautes sur les réseaux sociaux, stupéfaits par une séquence vidéo que beaucoup ont jugé comme étant une scène de sexisme ordinaire.

Lire aussi : A Paris, Arnaud Montebourg lance le top départ de sa campagne pour la primaire de la gauche

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales