Attaque de la maison de retraite pour religieux : le suspect arrêté par la police

Attaque de la maison de retraite pour religieux : le suspect arrêté par la police
La maison de retraite de Montferrier-sur-Lèz, dans l'Hérault, ©PASCAL GUYOT / AFP

L'assaillant présumé de la maison de retraite de Montferrier-sur-Lez, près de Montpellier, a été interpellé. Le suspect, en fuite et considéré comme «dangereux», a travaillé dans l'établissement dans le passé. Comme sa victime de 54 ans, poignardée.

Il était en fuite et considéré comme «dangereux». L'homme a été interpellé à proximité de son domicile vers 18h dans la localité de Saint Mathieu de Tréviers, selon France Bleu Hérault, soit à 10 kilomètres de la maison de retraite.

Agé de 47 ans, le père de deux enfants est un ancien militaire et avait travaillé, il y a longtemps, aux Chênes verts, la maison de retraite où Catherine, une femme de 54 ans a été retrouvée tuée de plusieurs coups de couteau. Sans emploi, le suspect vivait de petits travaux, notamment en réparant des vélos.

La piste locale confirmée

Ce 24 novembre, une femme de la maison de retraite alerte les gendarmes : elle explique avoir été «agressée» puis «ligotée et laissée là», rapporte le procureur de Montpellier Christophe Barret. Une fois sur les lieux, les gendarmes découvrent le corps de Catherine, «lingère vraisemblablement tuée de plusieurs coups de couteau», a précisé le procureur. Ce dernier avait annoncé dès ce 25 novembre au matin s'orienter vers une piste locale et pencher pour la thèse de «quelqu'un qui était dans l'entourage de la maison».

L'homme était en fuite depuis l'attaque, mais la découverte d'un sac et d'une arme de type «air soft», une arme factice permettant de tirer des billes en plastique, avait été retrouvée dans un véhicule abandonné et permis d'identifier le suspect. Ce dernier avait fait irruption dans la maison de retraite, réservée à des prêtres ayant travaillé en Afrique, le visage dissimulé par une cagoule et armé.

Aucun des 59 pensionnaires, réveillés par l'intervention des gendarmes, n'a été blessés lors de l'attaque. L'établissement, situé juste en dehors et au nord de l'agglomération de Montpellier, accueille des prêtres et des religieuses appartenant à la Société des Missions africaines mais emploie aussi quelques laïcs.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.