Bernard Cazeneuve exclut de suspendre le fichier regroupant les données personnelles des Français

- Avec AFP

Bernard Cazeneuve exclut de suspendre le fichier regroupant les données personnelles des Français Source: Reuters

Le tollé qu'a suscité le décret de Bernard Cazeneuve instaurant un fichier de collecte des données personnelles de tous les Français l'a poussé à accepter un débat parlementaire. Il a toutefois exclu de suspendre le décret en attendant le vote.

Bernard Cazeneuve a annoncé, ce 9 novembre, qu'il refusait catégoriquement de suspendre le décret qui instaure un grand fichier de collecte des données personnelles de 60 millions de Français, dans l'attente du débat qu'il a proposé devant le Parlement.

En plein week-end de la Toussaint, le 1er novembre dernier, le ministre de l'Intérieur avait signé un décret autorisant la création d'un fichier de surveillance regroupant les données personnelles des Français (sexe, couleur des yeux, taille, photo, empreintes digitales, filiation, nationalité...) Cette annonce avait suscité un scandale parmi les défenseurs des libertés publiques, qui pointaient l'absence de concertation et de garanties de contrôle.

L'inquiétude s'est étendue jusqu'au sein même du gouvernement. Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au Numérique, avait déclaré qu'elle n'avait «pas été consultée» et que la mesure était passée «en douce». Finalement, face aux inquiétudes, le gouvernement avait accepté la tenue d'un débat parlementaire.

«Non, nous ne suspendons pas ce décret», a toutefois affirmé Bernard Cazeneuve lors d'une audition devant la commission des lois de l'Assemblée nationale. Le ministre de l'Intérieur a rejeté la demande du député Les Républicains Lionel Tardy, qui proposait de suspendre l'application du décret en attendant le vote des deux chambres. Il a toutefois proposé des aménagements, ainsi que des contrôles techniques et légaux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales