Un mail controversé du PS Moselle ravive le débat sur le vote de la gauche à la primaire de droite

© Capture d'écran Twitter

Alors que le débat sur la participation d’électeurs de gauche à la primaire de la droite et du centre fait rage, la section mosellane du PS a envoyé un mail troublant à certains de ses responsables, qui a ravivé la polémique.

«Cher-e camarade, tu trouveras ci-dessous le lien pour accéder à la liste des bureaux de vote de la primaire à droite» : c’est ce que l’on peut lire sur un mail envoyé par le Parti socialiste (PS) Moselle, qui est tombé entre les mains d’un journaliste de la radio France Inter avant de se retrouver sur Twitter.

Il n’en a pas fallu plus pour que certains internautes y voient une manière de «faire le jeu de la droite» en s’infiltrant dans la primaire de celle-ci.

Le PS dément et indique avoir voulu comparer les bureaux de vote

Interrogé par le magazine d’information français Marianne, le premier secrétaire départemental du PS de Moselle, Jean-Pierre Liouville, a réfuté avoir voulu inciter les responsables à se rendre à la primaire.

«Ce mail a été adressé à une soixantaine de responsables de la fédération, et non à l’ensemble des adhérents», précise le socialiste qui fait état d’une toute autre motivation : «Nous avons constaté que certains lieux, comme des hôtels de ville, leur ont été accordés [aux membres du parti Les Républicains (LR) afin d’y placer des bureaux de vote] alors qu’ils nous avaient été refusés en 2011» lors de la primaire socialiste, rapporte Jean-Pierre Liouville, qui assure que le PS Moselle voulait simplement comparer les salles allouées.

Pour le socialiste, aller voter à la primaire de la droite «serait stupide et parjure. Quand on est de gauche, on ne signe pas une charte d’adhésion à la droite», tranche-t-il.

Un débat qui fait rage

Ce n’est pas la première fois que la problématique de la participation d’électeurs de gauche à la primaire de droite arrive sur la table.

Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, tous deux donnés favoris de celle-ci, se sont en effet vivement opposés sur le sujet.

«Où est la loyauté, quand on appelle des électeurs de gauche à voter, à signer, parjures, un papier dans lequel ils s'engageraient à partager les valeurs de la droite ?», a pour sa part lancé Nicolas Sarkozy lors d’un meeting le 3 octobre.

Au cours du débat entre les candidats à la primaire de droite diffusé le 13 octobre sur la chaîne TF1, le maire de Bordeaux avait de son côté développé un raisonnement radicalement différent, encourageant tous les électeurs à venir voter : «Il y a des déçus du hollandisme qui, parfois, avaient voté pour Sarkozy précédemment. S'ils veulent venir vers nous, ils sont les bienvenus. Il y a aussi des électeurs du Front national qui commencent à ouvrir les yeux sur l'absurdité du programme de ce parti. S'ils changent d'avis, ils sont aussi les bienvenus.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales