«Jungle» de Calais : Cazeneuve demande aux avocats de se «rendre utiles» au lieu de critiquer

Une vue aérienne de la «Jungle» de Calais (photo prise le 16 août 2016)
Source: AFP
Une vue aérienne de la «Jungle» de Calais (photo prise le 16 août 2016)

Le ministre de l'Intérieur a répondu de manière virulente aux critiques du Conseil national des Barreaux (CNB) à propos du démantèlement de la Jungle de Calais. Il a aussi appelé les avocats à se «rendre utiles» au lieu de critiquer le gouvernement.

«Si vous voulez être utiles à la reconnaissance des droits des réfugiés [...] je vous ouvre grandes les portes des CAO», les Centres d'accueil et d'orientation, implantés partout en France pour accueillir les migrants de Calais, a déclaré le patron de la place Beauvau, lui-même avocat.

«Qui de nous ici aspirerait à vivre dans un camp ? [...] Dans la boue de Calais alors que l'hiver arrive ?», a demandé Bernard Cazeneuve aux avocats. Il a également précisé que le démantèlement de la Jungle était une «opération extrêmement difficile». Le ministre français de l'intérieur a aussi reproché au président du CNB – organisation représentant la profession des avocats au niveau national – Pascal Eydoux, qui lui a réclamé des «explications» sur le prochain démantèlement du camp, de n'avoir «pas eu un mot» pour les élus locaux qui refusent d'accueillir des migrants.

Le ministre de l'Intérieur s'est invité le 14 octobre au Congrès du Conseil national des barreaux. Dans un communiqué virulent paru la veille, le CNB a déclaré que le démantèlement du camp de Calais n'avait «d'humanitaire que le nom». Le Défenseur des droits et la Défenseure des enfants ont également exprimé leur inquiétude sur le sort des 7 000 à 10 000 migrants occupant ce bidonville.

Le gouvernement projette de démanteler la «Jungle» de Calais alors que les conditions et le calendrier n'ont pas été précisés. Cependant, selon l'AFP, la date du 17 octobre a déjà pu circuler.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales