Valérie Pécresse, prochain Premier ministre en cas d'élection d'un Républicain à la présidentielle ?

Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse © Charles Platiau Source: Reuters
Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse

L'actuelle présidente de la région Ile-de-France semble attirer toutes les convoitises des candidats à la primaire de la droite, désireux d'obtenir son soutien, voire de lui offrir le poste de Premier ministre.

Les enchères sont ouvertes ! Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Bruno Lemaire... Les trois favoris de la primaire du parti Les Républicains ont décidé de courtiser Valérie Pécresse pour obtenir son soutien et certains ont déjà émis l'hypothèse d'en faire leur chef de gouvernement en cas de succès en 2017.

Lire aussi : «Le mieux est de n'avoir ni passé ni avenir judiciaire» : quand Le Maire tacle Sarkozy et Juppé

Interrogé sur RMC, Jean-Pierre Raffarin, soutien affiché d'Alain Juppé, a très clairement laissé entendre que Valérie Pécresse se verrait offrir le poste de Premier ministre en cas de victoire de son candidat. Elle a «l'étoffe et toutes les qualités nécessaires pour être le Premier ministre d'Alain Juppé», a-t-il déclaré.

Concernant Bruno Le Maire, troisième favori de la primaire de la droite, il ne s'est pas caché de sa volonté de placer Valérie Pécresse sur son ticket en cas d'hypothétique victoire. «Valérie Pécresse sait que si elle nous rejoint, elle est incontournable pour Matignon», a déclaré Jérôme Grand d’Esnon, directeur de campagne du député de l'Eure.

Quant à Nicolas Sarkozy, L'Express a rapporté qu'il lui avait envoyé un SMS l'encourageant à lire une des propositions de son livre, selon laquelle il souhaite supprimer la nouvelle structure du Grand Paris et en transférer la gestion à la région, dirigée par Valérie Pécresse. Une des exigences que la candidate avait formulée dans sa série de propositions aux candidats de la primaire le 9 octobre... Mais qui pourrait ne pas suffire pour remporter la mise de ce mercato politique.

«Tout le monde me drague. Mais il va bien falloir que je choisisse, sinon je vais passer pour une allumeuse !», aurait-elle envoyé à ses proches par SMS selon Le Canard Enchaîné du 12 octobre, ajoutant que seul le poste de Premier ministre pourrait lui faire quitter son siège de présidente de région.

Lire aussi : Primaires : à droite comme à gauche, les candidats s'emparent du débat sur le cannabis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales