François Hollande préfère un Nicolas Sarkozy «grossier» et «cynique» à Marine Le Pen

Photo ©Dominique Faget/AFP
Photo ©Dominique Faget/AFP

Dans l'hypothèse où le second tour de l'élection présidentielle se déroulerait sans lui et opposerait Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy, François Hollande appellerait à voter pour ce dernier, malgré les lourds défauts qu'il lui prête.

Pour François Hollande, à la tête du pays, Nicolas Sarkozy serait encore préférable à Marine Le Pen. Pourtant, la charge de François Hollande est pour le moins accablante à l'encontre de Nicolas Sarkozy : «Ce qu'on ne voit pas chez lui, c'est qu'il ne fait pas le partage entre ce qui est possible et ce qui n'est pas possible, le légal et le non-légal, le décent et le non-décent», dénonce le président sortant dans les nouveaux extraits, après ceux publié par Le Monde en août, du livre Un président ne devrait pas dire ça, à paraître ce 12 octobre et dont L'Express a eu la primeur.

Mais ce n'est pas tout : le président sortant dénonce aussi une «espèce d'appât de l'argent». Pour autant, Marine Le Pen semble représenter le mal absolu, et, entre la peste et le choléra, malgré tous ces défauts plutôt dirimants, au cas où le deuxième tour de l'élection présidentielle verrait s'opposer Marine Le Pen à Nicolas Sarkozy, François Hollande appellerait tout de même à voter pour le «grossier» et «cynique» personnage.

Les «valeurs de la République» doivent être, à ses yeux, à ce prix. François Hollande indique à ce sujet qu'il lui avait été déjà «très dur d'appeler à voter Chirac en 2002» pour faire barrage au Front national». «C'était quand même très courageux», se félicite le président, se rappelant qu'alors Jacques Chirac était «entouré par les juges [et] plein d'affaires».

Lire aussi : Marine Le Pen se rapproche de l'Elysée ... enfin, presque

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales