Drancy : un curé judoka neutralise son agresseur

© Google Maps

A Drancy (Seine-Saint-Denis), un curé à été agressé par un homme qui tentait de le cambrioler. Manque de chance pour lui, l'homme de foi était aussi un judoka confirmé et a vite maîtrisé l'intrus, avant l'arrivée de la police.

Au matin du vendredi 7 octobre, aux alentours de 7h45, le nouveau curé de l'église Sainte-Louise-de-Marillac dort dans son presbytère. Il est alors réveillé par des bruits suspects. Voulant vérifier ce qui se passe, il se retrouve nez-à-nez avec un cambrioleur qui lui casse une bouteille sur la tête.

Mais le curé, âgé de 48 ans, est un judoka confirmé : «Il lui a fait quelques prises bien senties qui l'ont immobilisé au sol», selon le récit de Dominique de Pontfarcy, le directeur de cabinet de la mairie (UDI) de Drancy.

L'annonce de l'agression d'un curé a entraîné le déploiement d'un dispositif policier important : l'église attenante, où se tenait une messe, a été évacuée, et de nombreux véhicules de police ont été envoyés sur place, selon le collaborateur du maire. 

«Vu le contexte, quand on nous annonce un prêtre agressé, vous imaginez ce qu'on imagine», a dit à l'AFP une source policière, évoquant un «dispositif très renforcé», avec « plusieurs équipages et des chiens chargés de détecter d'éventuel explosifs». 

Les policers ont immédiatement procédé à toutes les fouilles nécessaires pour déterminer s'il pouvait s'agir d'une attaque terroriste. Selon un autre policier qui s'est confié à l'AFP : «Toutes les intrusions deviennent suspectes».

D'après les informations obtenues par Valeurs Actuelles, l'agresseur, âgé de 45 ans, est «très défavorablement connu des services de police», notamment pour des faits de vols et de violences. Transporté à l'hôpital de Bobigny avec «une profonde estafilade au crâne», le prêtre est sorti de l'hôpital en fin de matinée, en bonne santé.

Lire aussi : Cannes : un boulanger retrouve son cambrioleur grâce à Facebook

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales