Les ex-présidents verront-ils leurs privilèges rognés ? François Hollande semble décidé à le faire

François Hollande à l'Elysée © Pool Source: Reuters
François Hollande à l'Elysée

Dénoncés par la Cour des Comptes, ainsi que par la société civile, les exorbitants privilèges des ex-présidents de la République devraient être réduits par François Hollande, selon France Info.

10,3 millions d'euros par an, c'est ce que coûtent les «exs» à la République. Appartement meublé, deux domestiques, voiture avec chauffeur, dotation annuelle de 65 000 euros... Les privilèges des anciens chefs d'Etat devraient bientôt être revus à la baisse, si l'on en croit les informations de France Info.

Selon le média, François Hollande devrait prendre sa décision en la matière la semaine prochaine, et publier le décret préparé par le scrutateur des finances publiques, la Cour des Comptes, ainsi que le Conseil d'Etat.

La mesure, si elle est adoptée, ne sera pas rétroactive et ne s'appliquera qu'à l'actuel président et ses successeurs.

Pourtant, le Conseil d'Etat a rejeté le 28 septembre un recours de l'Association pour la prévention de la corruption et pour l’éthique en politique (ANTICOR), qui dénonçait ces privilèges et leur illégalité. ANTICOR affirmait notamment que ces avantages n'avaient aucune existence juridique, et que ceux-ci pouvaient constituer une rupture d'égalité entre candidats dans le cas où un ex-président venait à se représenter à la fonction suprême.

Mais le Conseil a jugé que ces avantages ne présentaient pas de «vices d’une particulière gravité».

Lire aussi : La Cour des comptes épingle la Corse, île de Beauté, mais aussi petit paradis fiscal



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales