Plusieurs milliers de manifestants exigent l'amnistie des «prisonniers politiques» à Ajaccio (VIDEO)

© Capture d'écran d'une vidéo

2 000 personnes selon la police, et de 8 000 à 10 000 personnes selon les organisateurs, sont descendues dans les rues d’Ajaccio le 24 septembre pour réclamer l’amnistie, le regroupement et le rapprochement des «prisonniers politiques» corses.

Des milliers d'habitants d’Ajaccio se sont réunis pour une importante manifestation pacifique. La foule a marché dans la ville en scandant «Amnistia è Libertà» (amnistie et liberté).

«Nous avons fait la démonstration que le peuple corse veut le retour de ses frères emprisonnés», a déclaré Jean-Marie Poli, président de l'Associu Sulidarità, association de soutien aux «prisonniers politiques» corses, à l'origine de la manifestation. 

L’organisation a recensé 22 de ces prisonniers dits «politiques». Une dizaine d’entre eux sont maintenus en détention provisoire. Tous sont accusés dans des affaires du ressort de la section anti-terroriste du parquet de Paris. Tant que l'instruction n'est pas close, la loi impose une détention en région parisienne. Mais les familles demandent leur regroupement dans le même établissement.

«On a tout intérêt à ce que nos prisonniers politiques soient tous ensemble pour que les familles puissent s’entraider. Il faut qu’il soient à Borgo [maison d'arrêt de Borgo, en Haute-Corse]. C’est la loi. Que l’Etat français applique la loi», insiste un membre de l'Associu Sulidarità, Andrée Martini.

Le rapprochement des Corses dans les prisons insulaires est un engagement pris par le gouvernement en 2004. Un centre de détention de 48 places existe en Corse, à Borgo, mais il n’abrite à l'heure actuelle que six prisonniers dits politiques.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales